Alexandre Boreau
  

1) Une origine modeste

 Alexandre Boreau naît à Saumur, dans le quartier de Saint-Pierre, le 25 ventôse an 11 ( 15 mars 1803 ). Son père est alors journalier ; quand il meurt, il est devenu " baigneur " dans l'établissement de bains implanté sur le quai de la Loire, en amont du pont Cessart. Cependant, la famille est sous la protection des Dupetit-Thouars ; son parrain est Abel Aubert du Petit-Thouars, qui s'illustrera sur les mers et finira amiral. C'est probablement cet appui qui lui permet de suivre le cycle complet des humanités au collège de Saumur. A noter également que la société issue de la Révolution et de l'Empire est encore relativement ouverte à la promotion sociale.

2) Le pharmacien

 A partir de 1820, il commence une formation de pharmacien en travaillant dans une officine d'Angers ; dans le cadre de ses études, il s'intéresse surtout à la botanique, suivant en particulier les cours de Desvaux au Jardin des Plantes d'Angers. Il termine son cursus scolaire à Paris, à l'Ecole spéciale de Pharmacie, où il reçoit le premier prix.
 Après s'être marié à Saumur avec Antoinette Morin, il acquiert en 1828 une officine à Nevers.

3) Le botaniste

 Il se consacre surtout à l'herborisation et il donne des cours de botanique. Il finit par abandonner sa pharmacie pour se consacrer à plein temps à ses recherches. Il collabore avec le comte Jaubert, un ministre de Louis-Philippe, qui, comme beaucoup de notables de ce temps, se passionne pour la botanique, qui le subventionne et lui dédie une plante découverte en Asie centrale, la " Boreava orientalis ".
 En 1840, Boreau publie la première édition de sa Flore du Centre de la France, un modèle de précision qui devient un ouvrage de référence pour les travaux de l'époque ( 2 ème édition en 1849, 3 ème en 1857 ).

4) Le directeur du Jardin botanique d'Angers

 Le docteur Guépin, lui aussi botaniste et influent conseiller municipal d'Angers, cherchant à redonner du lustre au Jardin botanique de cette ville, le fait nommer directeur en 1838. Alexandre Boreau y déploie une grande activité, réorganisant les classements et assurant des cours publics.
 Personnalité du milieu culturel angevin, il multiplie les publications, notamment dans le cadre de la Société académique de Maine-et-Loire. Il se lance dans les controverses du temps, se déclarant pour le fixisme à la suite d'Alexis Jordan, contre l'évolutionnisme défendu par Lamarck et Darwin. Lui-aussi, il intervient dans la querelle qui divise les archéologues sur la localisation de la station romaine de Robrica. Il est partisan de la fixer à Saumur.

5) Ses collections

 Alexandre Boreau décède le 5 mai 1875. Sa veuve met en vente son herbier, heureusement acheté par la ville d'Angers et aujourd'hui déposé dans la maison de Gaston Allard, au milieu de l'Arboretum, en compagnie de sa correspondance scientifique.

6) Source

 Texte établi d'après les recherches exhaustives de Denise Moreau, conservateur de l'Arboretum d'Angers.

 Les autres sources sont maigres. Le cas de Boreau fournit un bon exemple de l'oubli qui frappe progressivement ces solides scientifiques du XIXe siècle. Dans le " Nouveau Larousse illustré " de l'Entre-Deux-Guerres, il a droit à une notice de 12 lignes. En 1960, dans le " Grand Larousse encyclopédique ", il tombe à 7 lignes. Il disparaît du " Grand Robert des noms propres " ( 1984 ), pour laisser la place au joueur de tennis Borg ( Björn )... C'est finalement sur l'Internet, malgré tout le mépris qu'on peut lui porter, qu'il est le mieux servi, avec environ 2 470 citations.

 

ACCUEIL RÉCIT LIEUX INDEX