La Maison de l'Oratoire  

1) Un vaste ensemble

 Les oratoriens, n'étant pas un ordre régulier, n'emploient jamais le mot "couvent" pour désigner leur résidence, mais disent "maison".
 Les premiers pères arrivés à Saumur résident au n° 1 de la place Notre-Dame. Cependant, la congrégation révèle vite de grandes ambitions pour l'établissement de Saumur : il relancera le collège royal, il deviendra le siège d'une école de théologie, il prendra en charge la cure de la ville. Grâce à plusieurs donations accordées par Louis XIII, sont bâties par tranches successives les ailes de ce vaste ensemble.

2) Les trois ailes

 Cour intérieure de la Maison de l'Oratoire

 Même si la cour intérieure dégage à l'entrée une impression d'unité , l'examen attentif révèle des variantes d'importance.
- L'aile donnant sur la Loire ( à droite ) est construite en premier, entre 1627 et 1631. Ses lignes sont simples, voire austères ; son décor réduit aux bandeaux qui en accentuent l'horizontalité.
- L'aile sud ( à gauche ), adossée au coteau et reposant sur des caves, est réalisée en 1640-1641. Elle comporte un étage de moins que l'autre aile et elle en diffère profondément, le rez-de-chaussée étant éclairé par des oculi, le premier étage, très élevé, destiné à la bibliothèque et à des salles de cours, étant percé par de hautes fenêtres décorées.
- Au milieu, l'aile Ouest est réalisée en 1642, en particulier par des membres de la famille Viollette. Elle apporte une note plus gaie dans un ensemble assez austère, par l'alternance de ses lucarnes hautes et basses et par le décor de ses baies.Tourelle à l'angle sud-ouestFaçade occidentale de la Maison de l'Oratoire

 Les tourelles d'angle reposant sur trompes représentent d'abord le tour de force cher aux maîtres maçons ; celle de gauche est aussi destinée à masquer les différences de niveau entre les ailes.

 

 L'ensemble, bien restauré, dégage vers l'extérieur une impression de robuste simplicité, renforcée par la présence de modillons et de chaînes harpées autour des baies.

 

3) Eléments annexes

Porte donnant sur la cour de la sacristiésalle du trésor

 Cette porte donnant sur la cour de la sacristie est la plus baroque de la maison, avec ses pilastres rythmés un-sur-deux et sa tête d'ange ailé.

 

La salle du trésor remonte au XVIe siècle, mais a été réaménagée en 1647. Les prêtres venus en pèlerinage pouvaient dormir au rez-de-chaussée.

 

 

4) Destinées

 Après la Constitution civile du clergé, la municipalité de Saumur a eu l'intelligence d'acquérir tout cet ensemble de bâtiments. La maison de l'Oratoire sert de caserne, puis de lieu d'accueil pour les réfugiés de la Vendée. L'église devient une fabrique de cartouches.
 Finalement, le représentant du peuple Menuau autorise la municipalité à y installer son hospice, et donc la congrégation de la Providence. A partir de 1796, les femmes sont hébergées dans les ailes de la maison. Les couples, les hommes, les orphelins et les aliénés sont répartis à divers étages du coteau, continuant la tradition de l'hospice troglodytique inaugurée dans la maison des Trois-Anges.
 Quand l'hospice est transféré dans le nouvel hôpital en 1869, la Maison est rachetée par les soeurs de Sainte-Anne.

 

ACCUEIL RÉCIT LIEUX INDEX