Eglise de Saint-Lambert-des-Levées

 

1) Un ensemble méconnu

L'église et le prieuré L'église de Saint-Lambert-des-Levées, habituellement close, est négligée par le tourisme, en dépit de son incontestable intérêt. Elle est vue ici du côté du choeur et de la croisée du transept, dont la structure est romane, mais qui ont été repris au XVIe siècle.
A droite, les bâtiments, toujours du XVIe siècle, d'un important prieuré, qui dépendait de l'abbaye de Saint-Florent.
Le monument aux morts, sculpté par Alfred Benon, a été transféré en ces lieux paisibles.

 

 

2) Une histoire complexe

 Une première chapelle dédiée à saint Lambert de Maastricht est déjà citée dans une bulle pontificale - contestée - de 1004. Il est en tout cas certain que la Vallée se peuple dès cette époque. Voir : Les étapes de la conquête de la Vallée. A partir des Ancienne porte donnant sur la levéebulles pontificales, on sait que le territoire de Saint-Lambert est érigé en paroisse entre 1122 et 1142. La première église paroissiale était-elle à l'emplacement actuel ? Aucun élément ne permet de l'affirmer.

 Le fait déterminant est la construction d'une levée continue sur l'ordre d'Henri II Plantagenêt. A partir du troisième quart du XIIe siècle, les habitants affluent et implantent leur maison à cheval sur la turcie, du côté des terres. Il est évident qu'à cette période notre église actuelle est elle-aussi adossée à la levée. Les murs de l'abside remontent à cette époque.
 Le monument est progressivement agrandi ; une porte surmontée par un arc en accolade de la fin du Moyen Age est ouverte du côté de la levée, mais comme cette dernière est par la suite rehaussée à diverses reprises, l'ouverture apparaît comme à moitié enterrée.

 

 

3) Les grands travaux du XVIe siècle

Nef et choeur de l'église de Saint-Lambert La paroisse de Saint-Lambert est très peuplée. Voir ses caractéristiques démographiques. Au cours du XVIe siècle, l'église est l'objet d'importants remaniements, qui n'ont rien de renaissant.
 La nef est élargie par rapport au choeur. Couvrir l'ensemble par une voûte unique s'est avéré une entreprise risquée. L'architecte a adopté une solution tripartite : de légères colonnes, sans chapiteaux, soutiennent la voûte centrale et, de part et d'autre, d'étroits bas-côtés font emploi de contreforts. Cette nef résulte peut être d'une erreur de calcul, mais elle ne manque ni d'originalité ni de charme.
 La voûte du choeur est également refaite à cette époque.

 

 

Clocher de Saint-Lambert

 

 Entre 1513 et 1521 est édifié un ambitieux clocher reposant sur le croisillon sud. De son abondante décoration subsistent aujourd'hui des traces d'écussons, des niches fleuronnées et des échauguettes d'angle, aujourd'hui décapitées par la flèche d'ardoise, qui a remplacé un ensemble plus élancé.

 

 

 

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE