Matériaux de construction


1) L'art de bâtir à Saumur

 Partons d'un bâtiment utilitaire d'une parfaite banalité : la nouvelle gendarmerie construite vers 1840 par l'architecte du département Ferdinand Lachèse. Analysons ci-contre l'angle de la rue Volney avec la place de l'Arche-Dorée.

 Les baies sont couronnées par des arcatures en plein cintre, qui s'inspirent lointainement de Palladio et qui prennent bien la lumière. Le mur est fortement scandé ; les baies sont reliées par des bandeaux au relief marqué et, au-dessus, le changement d'étage est souligné par une corniche à ressauts. Alors qu'au XIXe siècle les joints sont très minces et la forme de l'appareillage peu visible, l'angle du mur, renforcé par un bossage en table, donne l'impression d'être consolidé par d'énormes pierres.
 Toute cette partie supérieure, aux formes simples et élégantes est construite en blocs de tuffeau, extraits dans la carrière de Saumoussay et transportés par le Thouet et par la Loire.
 
Nouvelle gendarmerie à l'angle de la rue Volney 

 

 Au-dessous, apparaissent trois solides assises en pierre de Champigny de 0,33 m de hauteur et d'une longueur de 0,80 m ou de 0,40 m. Ces puissantes strates assurent la solidité du mur et le protègent contre les remontées d'humidité.

 Les soubassements sont recouverts par des petits pavés de grès qui recouvrent le mortier des  fondations.

  Telles sont les pierres des carrières locales le plus souvent employées et associées.

 

 2) Les matériaux locaux

pierre du mur sud de St Nicolas posée au XIIe siècle

  Le TUFFEAU, craie tendre formant une couche ( le Turonien ), d'un maximum de 35 mètres d'épaisseur, sous la ville. C'est une roche facile à travailler, qui se raie à l'ongle mais qui use les outils à cause des cristaux de quartz. Au Moyen Age, les pierres sont extraites de perrières situées sous le quartier de Nantilly, au flanc du coteau de Fenet et dans les caves de Saint-Hilaire Saint-Florent. Cependant, une partie des pierres utilisées au château viennent de Dampierre.
 Au XVIIe et XVIIIe siècle, la pierre de la Maumenière, carrière située à Montsoreau, est la plus recherchée ; son emploi est spécifié dans les marchés de construction des Ardilliers et de la Visitation. Quand ce tuffeau est posé en respectant son orientation verticale dans le banc originel, il durcit en vieillissant et prend une belle patine ambrée. Une tradition, souvent répétée, raconte que les blocs de tuffeau sortis des galeries de la carrière étaient mis pendant plusieurs années à baigner dans les eaux de la Loire ; aucun document, aucun aménagement spécifique ne viennent confirmer ces dires.

mur place Notre-Dame

Un tuffeau de moins bonne qualité, plus friable, plus sensible au gel et d'une couleur bleutée est extrait en aval de Saumur, de Chênehutte à Gennes ( Les artisans le qualifient de tuffeau gris ).

 

 

dessin de l'Eclipse (vers 1900 ) Au XIXe siècle, les carrières les plus estimées sont celles situées au sud de Saumur, sur la rive droite du Thouet, à Saumoussay, Saint-Cyr en Bourg, Brézé et Chacé. Les exploitations de Pince-Matin et des Rochains sont les plus cotées. Un port est aménagé à Saumoussay sur le Thouet canalisé ; des chalands à petit gabarit transportent les parpaings sur les quais du port de Saumur. Le dessin de Georges Grellet, ci-contre, exécuté vers 1900, représente le déchargement à dos d'homme et les amoncellements de tuffeaux grossièrement équarris. Un fardier traîné par trois chevaux vient s'approvisionner directement au bateau. Les autres blocs seront réacheminés par la Loire, en particulier vers Nantes.
 Actuellement, la carrière Lucet, remise en service au lendemain de la dernière guerre, fournit les entreprises en blocs ou en plaquettes pour la restauration.

 

Bloc de grès, parc de Moc-Baril

 

 Le grès, d'âge tertiaire,caractérisé par des fossiles de sabals, forme des dalles peu épaisses, mais très dures, recouvrant la surface du plateau du Sud-Saumurois. Ces plaques, peu retouchées, sont le matériau des dolmens et des menhirs de la région.

 

 

 

pierre de seuil Elles forment parfois les linteaux de portes, plus rarement les encadrements de fenêtres et très souvent des pierres de seuil. Depuis le XVIIIe, des carrières les ont débitées en pavés et en bordures de trottoirs ; les fragments plus petits sont employés dans les fondations.
 Le grès des environs de Saumur est de couleur grise.

 

 

 

 

quai de Loire à Saumur

 

Les pavés de couleur rouge ou orangée qui tapissent les quais sont taillés dans du grès provenant de Saint-Rémy la Varenne. Les anneaux sont scellés dans un bloc de pierre de Champigny.

 

 

 

pont Cessart La pierre de Champigny est un calcaire lacustre d'âge tertiaire. Il est d'abord utilisé pour obtenir de la chaux ou des moellons et des empierrements. A Champigny, à l'orée de la forêt de Fontevraud, des carrières présentent des bancs homogènes de deux mètres d'épaisseur. Ils fournissent une pierre à bâtir très dure, résistant à l'écrasement, mais caverneuse, ce qui la rend impropre à la sculpture et lui donne un aspect grisâtre.

 

 Alexandre de Cessart l'utilise pour construire le pont qui porte son nom ; il fait ouvrir une carrière spéciale, les blocs sont véhiculés jusqu'au petit port de la Grue à Dampierre et redescendus par bateau.

 

Parapet du pont CessartLa pierre de Champigny ne se prête pas à une sculpture fine mais permet des décors simples ( par exemple, les postes ou vagues du parapet du pont ).

 Depuis le milieu du XVIIIe siècle, la pierre de Champigny est utilisée sous forme de deux ou trois assises à la base des murs les plus soignés. Elle réapparaît dans les appuis de fenêtres, les pierres de seuil, les bornes et les garde-roue. Elle est employée aujourd'hui sous forme de petits pavés dans le centre ville.

 Les mortiers anciens les plus résistants sont souvent composés de gros sable de Loire et de chaux - de préférence, celle qui vient de Brossay - additionnés de fragments de silex, surtout dans les fondations.

3) Les matériaux importés des environs

base maison du père gardien des récollets ( construite en 1758 ) 

 Le FALUN ou GRISON des environs de Doué est un calcaire lacustre, d'une couleur jaunâtre, formé par une agglomération de petits coquillages. Exploité à partir de tranchées s'élargissant en chambres souterraines, il est plutôt méprisé par les Saumurois qui le réservent à l'empierrement des chemins. Bien qu'il soit nettement moins cher que le tuffeau, ses apparitions sont exceptionnelles dans les murs de Saumur et de ses environs ( à gauche, les soubassements de la Maison du Père Gardien des Récollets ).

 

pavement des Ardilliers
 La pierre de Baugé-les-Fours ( ou Baugé-Menuau ), carrière située sur la limite entre Brossay et les Verchers. Ce calcaire jurassique est surtout utilisé dans les fours à chaux, mais certains faciès proches du marbre sont exploités et utilisés comme marches d'escalier ou pour le pavement des églises. Le dallage primitif des Ardilliers était formé d'une alternance de pierre de Baugé-les-Fours et d'ardoises.

 

 

pavement des Ardilliers

 

 

 L'ardoise . Dans les comptes de construction du château, les ardoises sont tirées des carrières de Juigné, plus proches. L'usage de l'ardoise de Trélazé est plus tardif.

 

Autel ( église des Ardilliers )

 

 Le marbre de Sablé, noir à veines blanches, apparaît souvent dans les décors d'autels.

 

 

 La brique et la tuile, depuis l'époque gallo-romaine, n'appartiennent plus aux matériaux traditionnels de Saumur. Ils réapparaissent à la fin du XIXe siècle sur la façade de la Caisse d'Epargne et dans quelques villas fantaisistes; Victor-Pierre Brunel emploie volontiers quelques bandes de briques claires.
Avenue Victor Boret Entre les deux guerres, la brique réappararaît en force dans les Habitations à Bon Marché et apporte une note insolite à la façade de l'Ecole maternelle des Violettes réalisée par Jean Hénin.
 Surprise encore plus grande : les toits de ces maisons et de tout le quartier sont couverts de tuiles mécaniques d'un rouge éclatant. Est-ce un choix de l'architecte Louis Avisseau ? Une affaire de prix de revient ? D'anciens Saumurois avancent une autre explication : à la suite d'une grève tendue dans les carrières de Trélazé, la municipalité de gauche aurait décidé de boycotter les Ardoisières ; il ne reste aucune trace écrite de cette décision.

  Le bois d'oeuvre. Les grandes forêts proches de Saumur, comme la forêt de Fontevraud, sont souvent réduites à des taillis et ne produisent guère de bois de construction. Les beaux arbres des forêts domaniales du Baugeois sont réservés pour la marine et aboutissent rarement à Saumur. Les travaux du château et de l'enceinte urbaine utilisent les arbres de la forêt de Chinon : les troncs sont acheminés vers Saumur par flottaison.
La construction du pont Cessart a nécessité une énorme quantité de bois de chêne ; l'ingénieur a diversifié ses sources d'approvisionnement, il fait ouvrir des coupes spéciales dans les forêts de Brézé et de Richelieu et surtout dans le bois des Loges à la Breille les Pins.

4) Les calcaires durs d'origine lointaine

 Le Saumurois manque de pierre blanche et résistante. Dans les grands travaux, les bâtisseurs sont obligés de faire venir de loin et à grands frais des blocs de calcaire dur : au XIVe siècle, le chantier du château achète de la pierre de Savonnières, une carrière située sur le Cher, à l'ouest de Tours. Les tombeaux des abbés du Bellay dans l'abbatiale de Saint-Florent sont sculptés dans une pierre très blanche provenant de la Rajasse, à Ligré, sur la Veude. Au XIXe siècle, Joly-Leterme introduit du calcaire dur dans ses constructions, par exemple, la façade sur cour de l'Hôtel de Ville, les colonnes du théâtre ; sur le clocher de Saint-Nicolas, il place des blocs de calcaire dur entre la base en pierre de Champigny et les parties hautes en tuffeau. Il s'approvisionne souvent à la carrière de Lavoux, située à Chauvigny. Aux XIXe et XXe siècles, c'est surtout la carrière tourangelle de Richemont qui fournit les pierres à sculpter.

5) Les dimensions les plus courantes

 A Saint-Cyr en Bourg, les " bauges " des perreyeurs mesurent 60 cm de long et portent des repères à 50, 33, 22 et 15 cm. Ce sont des dimensions qui réapparaissent souvent dans les pierres commercialisées à Saumur. Cependant les dénominations et les tailles varient considérablement selon les époques et les carrières. Voici, de façon simplifiée, les plus courantes :

 

 

 

 La barraude, grande barraude,quartier ou pied carré est un bloc de grande taille, c'est la dimension habituelle des pierres de Champigny.

 

 

 

 

Le parpaing, tuffeau, petite barraude, gabarier ou commun est un bloc moyen, c'est le plus courant.

 
 

 

 

 

 

 La douelle est un bloc très mince, elle est employée pour la construction des murs de refend.

 

 

 

 

 

 Le nantais est un bloc de petite taille, il est utilisé dans les étages supérieurs des maisons de la Basse-Loire.

 

 

 

6) Pour aller plus loin

- Carte géologique au 1/50 000 ème - Saumur, XVI-23, 1970.
- J.et C. FRAYSSE, Les troglodytes en Anjou à travers les âges, t.3, 1964.
- Daniel PRIGENT, « Exploitation et commercialisation du tuffeau blanc ( XVe-XIXe siècles ) », Annales de Bretagne et des Pays de l'Ouest, 1997, n° 3.
- Daniel PRIGENT, « La fin de l'exploitation du tuffeau blanc en Maine et Loire », 117e Congrès national des sociétés savantes, 1992, 2, p. 499-513. 
- Viviane MANASE, « Le chantier de l'abbaye de Fontevraud : 1648-1701 », Archives d'Anjou, n° 2, 1998, p.95-115.

 

   

 

  RETOUR EN
MÉTHODE
  RETOUR EN PAGE D'ACCUEIL