APERÇUS SUR NOTRE PREMIER MILLÉNAIRE   

 

 A l'époque gallo-romaine, la présence de deux agglomérations est attestée dans le Saumurois, à Gennes et à Chênehutte-les-Tuffeaux.

GENNES

 Le centre urbain de Gennes n'a pas été mis au jour. Il est permis de l'estimer important à partir des deux monuments publics dégagés, qui présentent un intérêt exceptionnel :

Nymphée de Mardron

 

-  le nymphée de Mardron, point d'aboutissement d'un aqueduc et, en même temps, lieu de culte dédié aux divinités des eaux ;

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

L'amphithéâtre de Gennes, arène, euripe, gradins

 

 

- l'amphithéâtre remontant à la période des Antonins, dont on voit les gradins aménagés sur une colline naturelle, et l'arène. Entre les deux, l'euripe assurait l'écoulement des eaux et en arrière, on repère l'emplacement des sièges réservés aux importants personnages.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le carcer, salle donnant sur l'arène

 

 

 

 Communiquant avec l'arène, une grande salle décorée par un appareillage soigné, le carcer, était une sorte de salle d'attente pour les gladiateurs et les animaux.

 

 Les piliers viennent d'être restaurés. L'enfouissement sous le sable de ces intéressants vestiges est incompréhensible...

 

 

 

 

 

 

 

Fouilles de la FouchardièreCHÊNEHUTTE-LES-TUFFEAUX

 

 A la Fouchardière, près de la voie reliant le Camp des Romains à la route des crêtes, mise au jour de deux pièces d'une grande maison rurale du Haut-Empire. Les fondations, plus larges, peuvent correspondre à un habitat plus ancien.

( Fouilles de Gilbert Boisbouvier, été 1979 )

 

 

 

 

Fanum du Villier

 
Au Villier ( près de l'école et en contrebas du camp ), petit fanum, lieu de culte remontant à la fin du I er siècle ; une cella, pièce fermée abritant une divinité, est enclose par une galerie au plan carré, caractéristique de la Gaule romaine.

 

 

Trouvailles de Chênehutte

 

Produits de fouille : poteries de différentes époques, céramique sigillée, clou, perçoir en os, monnaie d'Antonin le Pieux.

(Sondage de 1964-1965 par Philippe Dain et J.-H. Denécheau, avec les élèves de la 3ème M1 du Lycée d'Etat Mixte )

 

 

 

Sur Chênehutte et Gennes, voir le site spécialisé suivant



Four des RivièresFOUR DE LA RUE DES RIVIÈRES À VARRAINS

 Four de tuilier gallo-romain : base de tegulae surmontée par une épaisse couche de mortier, qui a pris une couleur violacée à cause des hautes températures du four.

 

( redécouvert en mars 1983 )

 

 


Eglise Saint-André de Verrie

ÉGLISE SAINT-ANDRÉ DE VERRIE

 

 Mur nord de la nef : en bas, un pan de mur recouvert de moellons posés en arête de poisson ; de chaque côté de l'ouverture, deux plaques décoratives, sans doute rapportées, figurant un lion à gauche et à droite un griffon. Dans la baie, une remarquable claustra, une plaque de pierre percée d'orifices et remontant à une période où les vitraux n'étaient pas encore apparus.
 Traditionnellement, ce pan de mur à l'appareillage hétéroclite est daté de l'époque carolingienne ( IX-Xe siècle ) et considéré comme le plus ancien monument de la région saumuroise. A noter toutefois que J. Mallet et M. Deyres proposent des dates plus récentes.

 

 

 

 

 

ÉGLISE SAINT-JULIEN DE DISTRÉ

Mur sud de l'église de Distré        Portail de Saint-Julien de Distré

 

 Les petits blocs carrés revêtant le mur sud, les plaquettes en éventail encadrant le portail, les évocations d'arêtes au-dessus, tous ces éléments concordent pour faire remonter aux alentours de l'an mil ces parties de l'église de Distré.

 

 


 

 LE SITE DES MURAILLES À DISTRÉ

 

Site des Murailles, les maisonsSite des Murailles, une tombe

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 Vestiges d'un village multifonctionnel remontant aux alentours de l'an mil. Sont aisément identifiables des trous de poteaux et de nombreux silos de stockage. Les tombes du cimetière voisin sont creusées en plein tuffeau.

( Fouilles d'Alain Valais, 1996 )



 

LES ANCIENS GUÉS SUR LA LOIRE

 

Gué de Chênehutte à Saint-Martin

 En juillet 1991, les basses eaux exceptionnelles ont permis la réapparition de l'ancien gué de Chênehutte. Ce passage, utilisé de la Préhistoire au Moyen Age, partait du Perreau en aval de Chênehutte, rejoignait l'extrémité occidentale de l'île Gaultier ( à droite de la photo ), puis l'ancienne église de Saint-Martin de la Place ( fondations sur le banc de sable ). Au XVIIe siècle, la Loire érode sa rive droite et ouvre un nouveau bras qui coupe le chemin de l'église ; l'ancien passage est alors aménagé en passerelle, dont on voit les supports au premier plan.

 

Gué du BreilGué du Breil, gros plan

 Plus proche de Saumur, un ancien gué part du terrain du Breil, traverse un banc de sable et rejoint l'île Ponneau ( au fond ). En période de grande sécheresse réapparaissent des restes d'empierrement et quelques piquets qui bordaient le passage.

 

 

 

    Cliquer sur la flèche pour revenir au chapitre directeur :