Le nouveau temple


1) Sources

 Avant sa destruction, le temple a été décrit en 1679 par l'architecte René Gondouin dans un inventaire détaillé, mais confus ; heureusement, le peintre Thomas Bérard a dessiné des élévations plus précises. Ces documents constituent notre source principale ( A.N., TT. 266, p. 596 et sq. ). Jacques Evesque a construit une maquette d'après ces éléments ( S.L.S.A.S., 1993, p. 23-28 ).

2) Emplacement

 En 1590, Duplessis-Mornay achète un terrain de forme grossièrement triangulaire, qui s'étire de la porte du Bourg jusqu'à la tour du même nom. Le nouveau temple y est élevé sous l'impulsion de Charlotte Arbaleste et est achevé en 1592.
 Ses dimensions intérieures sont plutôt modestes : 26 m dans le sens ouest-est, 11,20 m dans le sens nord-sud. Sur son côté sud, le monument s'adosse sur le mur de ville ; par mesure de sécurité, Duplessis-Mornay se rendait au temple par le chemin de ronde et y pénétrait par une entrée spéciale donnant sur le sommet du rempart. Est-ce un hasard ? L'édifice est strictement orienté vers l'est, et un petit campanile, dépourvu de cloche, le surmonte, si l'on en croit les dessins d'époque.

 A partir de l'acte de donation de 1601 et du procès de 1670, je localise ce temple tout près de la tour du Bourg, qui appartient à son enclos. Duplessis-Mornay s'est réservé l'usage de cette tour sa vie durant ; par la suite, la communication avec cette partie des fortifications a servi d'argument en faveur de la destruction du temple. L'entrée se faisait par l'ouest, à peu près à la hauteur du débouché de l'actuelle rue du Temple.

3) Disposition intérieure

 D'une surface utile de 290 mètres carrés seulement, le temple voit sa capacité augmentée par la construction en 1609 d'un ample réseau de galeries de bois qui s'élèvent en amphithéâtre sur trois côtés. Des bancs spéciaux y sont affectés aux étudiants et aux collégiens ; des chaises surélevées sont destinées aux enseignants chargés de les surveiller. L'espace libre au centre est assez réduit ( 17 m sur 6,5 m ) ; il est réservé aux femmes et aux enfants.

 Voici, côté par côté, la disposition intérieure du temple, d'après les dessins de Bérard, simplifiés par Desmé de Chavigny.

Côté occidental  Dispositions intérieures du temple, côté occidental  

 Les tables de la loi, épargnées en 1685 et finalement installées dans l'église de Varrains, sont le seul élément survivant : elles sont aujourd'hui scellées sur la façade du nouveau temple.

Côté nord, à gauche de l'entrée
Côté septentrional du temple

Côté oriental  Intérieur du temple, partie orientalee

Côté sud, adossé à la muraille de villeAménagement intérieur du temple, côté méridional

 

4) Les cérémonies

 Les prêches s'y tiennent trois fois par semaine. Le mercredi après midi est plus particulièrement destiné aux élèves du collège. Le prêche le plus solennel se tient le dimanche matin, mais un second a lieu dans l'après midi. Les enfants sont baptisés à l'issue du prêche qui suit leur naissance, c'est pourquoi l'écart entre naissance et baptême est rarement supérieur à quatre jours ( voir tableau dans Chareyre, p. 34 ).
  Selon l'usage général, quatre cènes sont célébrées dans l'année, à Pâques, à la Pentecôte, en septembre et à Noël. Les réformés des environs font un effort particulier pour venir à Saumur à cette occasion.
 Le samedi se tiennent les disputes des étudiants en théologie, qui sont publiques une fois par mois. Les thèses ès arts et en théologie sont en principe soutenues dans le temple, vers lequel les étudiants se rendent en cortège depuis l'académie.
 Les communautés réformées créent habituellement une petite école donnant un enseignement élémentaire et une formation religieuse, elle se tient dans le temple ou dans une annexe. Il est probable que pareille école ait existé à Saumur à l'intention des enfants n'accédant pas au collège, mais je n'en ai trouvé aucune trace.

5) Les annexes

 Le temple comporte en annexe un logis, qui héberge un pasteur ( la simplicité des cérémonies n'exige pas l'emploi d'un bedeau ).
 Duplessis-Mornay procède à deux autres achats complémentaires. Le 31 décembre 1595, il acquiert « un passage près du temple » ( A.M.S., I B 36 ). Je suppose, d'après le parcellaire, qu'il s'agit d'un chemin permettant de rejoindre la Grande rue. Nous reviendrons dans le dossier suivant sur le "sépulchre" et sur le petit cimetière annexe.

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE