Originalités de la société protestante


1) Source principale

  Registres des baptêmes, mariages et sépultures, étudiés par Philippe Chareyre, Colloque de Fontevraud, 1991, p. 27-70. La tenue médiocre de ces actes permet rarement d'avancer des données chiffrées précises. On se contentera de dégager quelques originalités majeures de cette société.

2) Des prénoms souvent tirés de la Bible

 Isaac, prénom de l'Ancien Testament, est souvent donné aux enfants et constitue une première particularité huguenote, qui va toutefois en s'atténuant. Le pasteur d'Huisseau prend à la fois les prénoms d'Isaac et de Jean. Pierre et Jean, des prénoms d'apôtres, sont plus fréquemment donnés. Des noms de saints apparaissent, surtout chez les filles, tout en demeurant moins nombreux que chez les catholiques.

3) Une société de cadres urbains

4) Une population instruite

  Cette population de cadres est en général instruite, bien sûr pour ses affaires et aussi parce que la piété protestante repose sur la lecture de la Bible. Elle a appris les rudiments dans le milieu familial ou sous la férule d'un précepteur. Des maîtres d'écriture sont cités, comme la veuve Périgois, « qui va montrer l'escolle », mais aucune petite école structurée n'est parvenue à notre connaissance.
 Quand les pasteurs demandent aux pères de signer les actes de baptême, 79 % d'entre eux sont capables d'apposer leur nom. L'écart est écrasant avec les taux que j'ai relevés peu après chez les catholiques des quatre paroisses de la ville : en 1697 et 1698, 43,8 % des nouveaux époux et 35,9 % seulement des nouvelles épouses sont capables de tracer un paraphe, parfois informe, sur leur acte de mariage.

5) La forte présence des étrangers

  Les jeunes gens de passage, mi-étudiants, mi-touristes, souvent jeunes nobles venus d'Angleterre ou du Saint-Empire, seront revus dans le cadre de la vie quotidienne. Retenons ici les familles étrangères qui se fixent à Saumur au moins pendant quelques années.

 Ces étrangers s'intègrent bien dans la société saumuroise, des mariages mixtes apparaissent à la deuxième génération, un Doosthorn devient ancien de l'église de Saumur. C'est par ces contacts suivis avec l'Europe du N.O. que les protestants saumurois diffèrent radicalement des catholiques. Ils forment une curieuse société, présentant à la fois des traits modernes et une forte empreinte patriarcale et traditionaliste.

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE