Plan d'urbanisme de J.-B. de Voglie, vers 1767, A.N., F14 / 10 200 (5) n° 2

- Plan dressé vers 1767 ( A.N., F14 / 10 200 (5) n° 2 ). Les premiers bâtiments destinés aux Carabiniers sont bâtis, mais l'Ecole de cavalerie est encore figurée selon la forme d'une première esquisse.
- Sur les quatre ponts projetés, seul le pont Cessart est présenté comme achevé, les trois autres, en jaune, sont en projet. La passerelle de bois, reliant en biais l'île du Parc au quartier des Ponts est encore portée ( elle a été détruite par la débâcle des glaces de 1768 ). La Loire sera franchie par trois grands ponts, alors qu'il y en avait six sur l'ancienne traversée ( en comptant le pont Foulon et le pont du Moulin-Pendu ).
- L'aspect le plus spectaculaire du projet est le tracé en relief de la grande levée rectiligne formant l'axe de la nouvelle ville et trouant la place de la Bilange. Cette percée a été assez exactement réalisée, en particulier le projet de rond-point Maupassant ( achevé seulement en 1843 ).
- Vers la droite, la réunification des îles d'Offard et Millocheau et du quartier de la Croix Verte est prévue, ce qui passe par la fermeture des bras du Moulin-Pendu et de la Boire-Torse. En outre, deux grandes digues sont figurées en amont des îles, afin de les protéger contre les dégâts des eaux ; ces travaux n'ont pas été réalisés.
- Tout le quartier du Chardonnet doit être entouré par une levée d'enceinte. L'ancienne digue, côté Loire, existe déjà, renforcée au milieu par le magasin à poudre. Le reste de la levée a été réalisée au XIXe siècle, mais sa prolongation au-delà du rond-point Maupassant ( actuelle rue Bodin ) n'est pas prévue. C'est là une faiblesse de ce plan, car la ville demeurait inondable par l'entrée des eaux du Thouet du côté de Nantilly.
- Le projet de grand quai s'étirant des Ardilliers jusqu'à la levée du Chardonnet, comblant le bras de la Poissonnerie et élargissant le faubourg de Fenet était déjà étudié par les ingénieurs de Tours, mais il n'est pas porté sur ce plan - qui est par ailleurs remarquable, puisqu'il prévoit les travaux d'urbanisme pour les 75 ans à venir.
- Cette durée révèle la lenteur des travaux saumurois, qu'il est tentant de comparer avec ceux de Tours, décidés la même année. Saumur démarre plus vite, puisque le pont Cessart est achevé en 1770, alors que le pont Wilson est construit entre 1765 et 1779 ( la scie à recéper employée à Saumur y a été réutilisée ). Ensuite, malgré les vives résistances, Cadet de Limay achève la percée centrale à la fin du siècle, alors que Saumur prend une quarantaine d'années de retard ( Brigitte Maillard, dans Histoire de Tours, 1985, p. 186-187 ).

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE