Essai de reconstitution de Saint-Florent du Château

 

Saint-Florent du Château

Source

 « ...Amalbert a terminé au mieux la basilique et les locaux de service, qu'il avait trouvés inachevés, et il les a presque tous ornés de magnifiques peintures. Cette basilique était renommée pour ses cinq autels dédiés au patronage des saints suivants : le maître-autel à la sainte Trinité et aux apôtres Pierre et Paul ; le matutinal au pieux père Florent ; l'autel de l'aile droite à saint Jean l'Evangéliste ; celui de l'aile gauche à la Sainte Vierge Marie ; et le signe de notre salut, la Sainte Croix, était érigé au milieu de la nef sur un autel qui était entouré d'un chancel, dont on pouvait faire le tour. Trois d'entre eux seulement, le matutinal (1) et les autels des transepts, étaient couverts d'une voûte de pierre en petit appareil, le reste de l'édifice était couvert d'un berceau en lambris peint.
 Au porche de la basilique, quatre murs de même hauteur supportaient une haute tour de bois, où pendaient des cloches de grande puissance. Les murs centraux du porche et de la nef de l'église reposaient sur des colonnes supportant des arcs (2). Dans le choeur, des cloches sonnaient les heures du jour. Entre le chevet du monastère et le fossé de la maison de Gelduin, jadis seigneur de ce château, un verger, clos d'un haut mur, offrait un agréable lieu de repos.
 La chapelle de l'abbé ou des malades, adossée au dortoir, comportait deux autels, celui du bas dédié à saint Benoît, celui du haut à saint Michel ; dans un but de dévotion, l'autel du bas était accessible par le rez-de-chaussée, l'autre par l'étage du dortoir. Longtemps après, un des chanoines installés là, désireux de faire ses écritures dans ce petit oratoire, détruisit l'autel de saint Benoît : peu après, il fut frappé d'une langueur dont il ne guérit jamais (3).
 Une autre chapelle avait été édifiée à l'extérieur, entre le chemin et l'autel de sainte Marie, situé dans le transept de gauche.
 Un puits extérieur, situé le long du local aux provisions (4), fournissait l'eau au cloître ; un canal souterrain, creusé sous les murs de l'église et fait d'un fort ciment et de pierres, approvisionnait en eau le lavabo et les autres bâtiments conventuels... »
(1) Autel situé au fond de l'abside, où l'on célébrait l'office des matines.
(2) Ce passage, assez confus, semble signifier que la basilique avait trois nefs et que les collatéraux, moins élevés, s'ouvraient sur la nef centrale par des colonnades.
(3) Des chanoines, installés par les comtes d'Anjou, ont occupé l'ancienne abbaye jusqu'en 1067, date du retour des religieux de Saint-Florent le Jeune, qui y implantent un prieuré.
(4) Le cellarium, qui contenait le vin, mais aussi l'ensemble des vivres.

Historia fundationis, premier fragment ; édition par P. Marchegay et E. Mabille, Chroniques des Eglises d'Anjou, p. 209-210.


Remarques complémentaires

1) Un imposant clocher-porche domine l'entrée, construit sur deux étages, le rez-de-chaussée étant voûté. Ce type de construction est alors inconnu dans les églises angevines et fait songer à la puissante Tour de Gauzlin marquant l'entrée occidentale de Saint-Benoît-sur-Loire. Mais les sculptures de ce porche ne sont achevées que vers 1030 ; Saint-Florent de Saumur correspondrait à une forme primitive.
[ Eliane VERGNOLLE, Saint-Benoît-sur-Loire et la sculpture du XIe siècle,1985, p. 13.]

2) Les cryptes n'apparaissent qu'au XIe siècle ; la châsse de St Florent est déposée sur l'autel situé au fond de l'abside.

3) La curieuse chapelle située dans les bâtiments conventuels présente deux autels superposés, disposition qui apparaît à Cluny et à Fleury. La partie basse est réservée à l'abbé. L'autel haut, placé sans doute dans une tribune, est au niveau de l'infirmerie et du dortoir ; il est toujours dédié à un archange, ici à saint Michel.
[ Jacques MALLET, « Quelques chapelles d'infirmeries monastiques de la Vallée de la Loire », Mélanges E.R. Labande, 1974, p. 517-520. ]

4) Rappelons que ce plan est une reconstitution hypothétique, établie d'après la description précise de l'Historia fundationis et d'après le plan fréquent des abbayes bénédictines. Arc triomphal de l'église abbatialeTransposer ce plan sur le site actuel est une entreprise malaisée. Tout le monde admet que « la maison de Gelduin », située à droite du fossé, correspond à l'actuel donjon. En dernier lieu, Daniel Prigent, d'après une étude archéologique préliminaire ( Emmanuel Litoux et Eric Cron, Le château et la citadelle de Saumur..., 2010, p. 21-24 ), vient confirmer que l'église abbatiale correspond bien au bâtiment septentrional de la caserne Feuquières, profondément remanié aux XVIIe et XIXe siècles. Il en subsiste une arcade de la tour-clocher et surtout la grande arcature de l'arc triomphal, qui pourrait remonter aux alentours de l'an mil. En voici, à droite, les assises inférieures, côté sud. L'interprétation de Jean-François Bodin est donc confirmée.

 

 

 

 

 

 

 

Relevé de l'intérieur du mur méridional de la caserne Feuquières 5) Jusqu'où s'étendait le monastère vers le sud ? Faut-il le prolonger jusqu'à l'ancienne muraille, partie haute du mur du Boile, et par suite accorder une forme oblongue au cloître ? Cette muraille à la structure complexe est en cours d'analyse. Sur ce premier relevé du côté des bâtiments, les états 1 et 2, côté droit, sont antérieurs à 1026.

 

 

 

 

 

 

 

Parement du Xe siècle du mur méridional de la caserne Feuquières Voici à droite le parement en gros moellons qui correspond à l'état 1. Cette construction soignée appartient-elle à l'abbaye de Saint-Florent du Château ? Elle est accolée au mur d'enceinte, qui relèverait plus logiquement du seigneur du lieu.

 La partie gauche, plus tardive et ornée par trois élégantes arcatures, était certainement seigneuriale ; j'y vois l'aula, la grande salle d'apparat.

 Si, grâce à de nouvelles fouilles, on parvient à démontrer un jour que la partie droite du mur appartenait au premier monastère ( on voit les arcatures à l'extérieur ), il faudra aussi délimiter le prieuré qui lui a succédé et qui était de dimensions plus réduites.

 

 

 

 

 

 

 

ACCUEIL RETOUR LIEUX INDEX