Les débuts du cyclisme

        Ouvrages de référence :
- V. Dauphin, Le cyclisme en Anjou. Notes et documents, Angers, 1936 ;
- Jean-Yves Hureau, Sur la piste du vélodrome de Saumur. Récit vintage, La Botellerie Editions, 2016.

1) Une bicyclette mal accueillie

 Le vélo, dans sa structure actuelle, apparaît en 1884, par suite de l'invention de la chaîne. Pendant longtemps, il est peu utilisé comme moyen de transport quotidien. Un examen systématique des cartes postales et des photographies antérieures à 1914 confirme qu'il demeure peu présent dans les rues de la ville et chevauché surtout par des enfants ou des jeunes gens, exceptionnellement par des hommes mûrs et, bien entendu, jamais par des dames... Les magasins et ateliers sont rarement spécialisés dans les cycles, s'occupant en même temps d'automobile ; on en compte 12 en 1913.
 Les jeunes hommes n'achètent pas un vélo pour se déplacer, mais pour faire du sport. Le Véloce-Club d'Angers est fondé au début de l'année 1875, encore à l'époque du " grand bi ". Peu après, fin 1876-début 1877, des cyclistes locaux se regroupent dans le Véloce-Club de Saumur. Ils sont au nombre de 21 membres en juillet 1878, quand ils déposent leurs statuts à la sous-préfecture. Embarrassé, le sous-préfet demande l'avis du général L'Hotte, commandant l'Ecole de cavalerie. Ce dernier lui répond « qu'afin d'éviter les accidents que ne manqueraient pas de produire la rencontre des vélocipèdes et de nos chevaux, il est indispensable d'interdire absolument aux vélocipédistes la fréquentation des voies publiques ci-après... », et le général d'énumérer toutes les grandes voies et tous les ponts de la ville.
 En conséquence, le sous-préfet prend un arrêté, le 27 juillet 1878, autorisant le Véloce-Club de Saumur, tout en précisant que « les vélocipédistes ne pourront circuler à Saumur dans les limites de l'octroi et dans le Chemin Vert ». Autrement dit, la cité demeure exclusivement la ville du cheval, les bicyclettes ne sont tolérés que dans les banlieues et à la campagne. Le club doit ajouter dans ses statuts du 6 août 1878 un article 40 bis qui interdit aux sociétaires de monter leur vélo en ville, sous peine d'une amende de 5 francs pour chaque contravention constatée.
 Bien sûr, progressivement, la bicyclette est admise en ville ou plutôt tolérée, quand elle prend ses proportions actuelles. Le long arrêté du 10 octobre 1892, signé par le maire Louis Vinsonneau et par l'adjoint Pierre Galbrun ( A.D.M.L., 43 M 14 et A.M.S., 3 D 5 ) est empreint de méfiance à l'égard des « vélocipèdes », dont le nombre « s'est considérablement accru  ». Ils devront porter une plaque d'identification, être pourvus « d'engins avertisseurs suffisamment sonores » et, dès la chute du jour, « d'une lanterne à verre blanc ». « Les trottoirs étant exclusivement affectés aux piétons, ... il est formellement interdit aux vélocipèdes de lutter de vitesse sur les voies publiques et d'y former des groupes... » [ Nil novi sub sole ].

2) Cyclistes et cyclotouristes

 L'ukase du général explique pourquoi, pendant longtemps, aucune course cycliste ne se déroule dans le cadre de la ville ; la première est organisée le dimanche 20 octobre 1878, route de Rouen, sur une ligne droite de 500 m. Le Véloce-Club de Saumur se dépense en campagne. Le 6 février 1881, il fait partie des fondateurs de l'Union vélocipédique de France avec huit autres sociétés. On le voit organiser une réunion cycliste à Longué en 1886. Cette équipe compte dans ses rangs un remarquable sportif, un anglais nommé Lemon Hart, qui remporte le Championnat de l'Ouest en 1879 et en 1880 et qui obtient un palmarès impressionnant. Cet important négociant en vins et spiritueux londonien, amoureux de la région, se fait bâtir l'étonnante « maison anglaise » de Flines, mais décède à 45 ans, en 1902.
 Le Véloce-Club n'entretient pas de bonnes relations avec la municipalité, qui, à trois reprises, en 1879, 1888 et 1891, lui refuse toute subvention. Il disparaît peu après cette dernière date, peut-être pour des raisons financières. Aussitôt, six Saumurois déclarent une nouvelle association à la sous-préfecture, le 25 mai 1892 : les Amateurs Vélocipédistes Saumurois. Cette société reçoit une subvention du Conseil municipal le 24 mars 1896. Elle est animée par le pharmacien Perrein et par Robert Amy, secrétaire ; elle compte dans ses rangs Hardy, un sprinter remarqué. Cependant, elle abandonne progressivement la compétition pour s'adonner au cyclotourisme jusqu'à son autodissolution en 1921.
 La course cycliste est surtout pratiquée par le Véloce-Club de Saint-Hilaire-Saint-Florent, fondé en juin 1898 et longtemps présidé par André Girard-Bouvet, petit-fils et successeur de Bouvet-Ladubay.

 Le 18 juillet 1903, Saumur voit passer le premier Tour de France ; un poste de contrôle y est implanté sur la sixième et dernière étape, Nantes-Paris, longue de 471 kilomètres.

 Au lendemain de la Première Guerre mondiale fleurissent une série de clubs : le Moto-Vélo Saumurois, qui crée le Circuit de Saumur en 1919 ; le Vélo-Sport Saumurois, qui lui succède ; Saumur-Sportif, à l'existence éphémère ; enfin, la Pédale Saumuroise, fondée en 1933.

3) Le vélodrome de la Loire

Le vélodrome sur le plan du Docteur Simon, 1898 Un vélodrome est aménagé à la Blanchisserie, en contrebas de la levée, à l'entrée des prairies du Breil.
 Il est formé d'un anneau de ciment de 333,33 mètres de circonférence et de 7 m de large. Victor Dauphin, d'après ses souvenirs, écrit que les virages étaient peu relevés ; une tribune dominait la ligne d'arrivée ; l'entrée se situait du côté du fleuve.
 Ce " vélodrome de la Loire ", que le plan du docteur Simon permet de localiser auprès de la Société de Tir aux Pigeons, n'a aucun lien avec la municipalité de Saumur. Il est financé par les familles Bouvet-Ladubay, Amiot et par deux autres associés et il devient la propriété du Véloce-Club de Saint-Hilaire-Saint-Florent, qui le loue aux autres associations sportives pour 300 francs par journée.
 D'après Jean-Yves Hureau ( p. 41 ), une première réunion pré-inaugurale a lieu le mercredi 2 mai 1894, avec une course de 2 000 m et une autre de 5 000 m. Cette dernière épreuve est remportée en 9 mn, 39 s par le jeune Robert Amy ( 17 ans ), habitant alors à la Perrière de Saint-Cyr-en-Bourg.
 L'inauguration solennelle, les 13 et 14 mai 1894, donne lieu à une grande compétition internationale, disputée sur trois séries remportées respectivement par Williams, Chéreau et Girardin. Le 14 mai, c'est la finale qui revient au Nantais Chéreau.

Voici l'unique photographie connue du vélodrome prise dans les années 1899-1902 ( le concurrent le plus à droite mord sur la ligne ).

Départ d'une course sur le vélodrome de la Loire ( le vélo le plus à droite mord sur la ligne)

 La piste en ciment, souvent recouverte par les crues, exige un coûteux entretien, qui n'est guère effectué. Une dernière compétition, mêlant vélo, boxe, moto et musique, s'y déroule le dimanche 17 août 1930 ; le vélodrome est ensuite laissé à l'abandon, sa piste est décrite comme dangereuse. Il est détruit à l'époque de la Seconde Guerre mondiale et il n'en subsiste pas la moindre trace.