Charles Aubry

 

Charles Aubry est un artiste peu étudié et injustement méconnu. Jean Laran lui consacre une courte notice dans l'Inventaire du Cabinet des Estampes... Fonds français après 1800, t. I, 1930-1933 ; Jean des Cilleuls un bref article dans S.L.S.A.S., n° 42, janvier 1926, p. 34-36.

 

1) Le professeur de dessin à l'Ecole de cavalerie

 Lié aux milieux militaires, Charles Aubry pourrait être le fils d'un des trois officiers portant ce nom qui ont atteint le grade de général sous l'Empire, mais, malgré des recherches intensives sur Internet, je n'ai pu déterminer lequel.
 Il commence à publier des illustrations dans le styleAubry, Uniformes troubadour à partir de 1817 ( d'après les sites de vente spécialisés ). Il fait partie des premiers artistes français qui pratiquent la lithographie ; il publie en 1824 une série de six lithographies sur le thème des " Jeux de l'Enfance ". Il participe à un recueil collectif de caricatures médicales, l'Album comique de Pathologie pittoresque. Il apparaît comme souvent associé à Horace Vernet et à François Delpech.
 Il représente Eugène de Beauharnais pendant la retraite de Russie. Dès 1817, il publie avec Loeillot une série sur les gardes de la Maison du roi, lithographiée par Delpech ( repoduite dans Gallica ). Il est vite reconnu comme spécialiste des tenues militaires, et il illustre en 1823, chez Engelmann, une Collection des uniformes de l'Armée Française, dont on voit une des quinze planches à droite. Surtout, il figure à merveille les chevaux, rivalisant dans ce domaine avec Victor Adam. Il publie en 1824 un portrait équestre de Charles X, le Bien Aimé. Sa réputation lui vaut d'être nommé professeur de dessin à l'Ecole de cavalerie ; le dictionnaire de Bénézit place cette nomination en 1822 ; je crois qu'il faut plutôt suivre la version de son ami, Joachim Ambert, fils d'un général d'Empire, selon laquelle il aurait été choisi par le maréchal de camp Oudinot et mis en place en 1825. Aubry fait partie du personnel civil de l'Ecole. En 1834, à l'époque de l'affaire La Roncière, il partage l'appartement du lieutenant d'Estouilly, un stagiaire qui s'intéresse surtout à la peinture.

 

2) Le chroniqueur de l'Ecole

 Charles Aubry dispose d'une presse lithographique à l'Ecole, au moyen de laquelle il retrace les événements au jour le jour. En 1828, il illustre à chaud le premier carrousel en pressant une planche intitulée " Un groupe de tenans du carrousel qui saluent de la lance le buste de la Duchesse". Voir trois illustrations d'Aubry dans le dossier consacré à ce carrousel. Carabiniers en manoeuvre, dessin préparatoire à l'encre, collection particulièreIl corrige le tir en 1830 en donnant une autre litho " Les élèves de l'Ecole de Saumur prêtant serment de fidélité à Louis-Philippe ". Il édite aussi chez Lachaume, à Saumur, un Uniforme de S/lieutenant-élève ( 1832 ). Il dessine également L'Overseer, un étalon anglais, ainsi que Le vieux Château de la ville de Baugé en Anjou. En permanence, il croque d'un trait nerveux les soldats en manoeuvre, ici, à droite, des carabiniers ( dessin à l'encre, collection particulière ).

 En octobre 1826, le marquis de Clermont-Tonnerre, ministre de la Guerre, vient inspecter l'Ecole royale de cavalerie ; à cette occasion, il reçoit un recueil de onze dessins de Charles Aubry, qui ont été publiés dans un site de librairie par correspondance. La vie quotidienne de l'établissement y est évoquée : l'abreuvoir, la forge, la parade du dimanche, la voltige, la salle d'armes et surtout l'atelier de dessin, qui figure des élèves en train de croquer un cheval.

 

3) Les cours illustrés

  Aubry dessine et lithographie les exercices d'équitation à l'Ecole dans de petits formats, qui sont conservés dans des collections saumuroises et qu'on entrevoit dans les Origines de l'Ecole de cavalerie... de Picard. A cette époque, le dépôt légal n'existe pas, si bien que le Cabinet des Estampes est loin de posséder toutes ces oeuvres. Dans cette série, on connaît Travail de carrière par les chevaux anglais, Exercices équestres à l'instar des anciens Carrousels, Sauteurs aux piliers, Voltige militaire...
 En 1831, il annonce une première publication d'un recueil de ses oeuvres, sous le titre d'Album de l'école royale de cavalerie, qui paraît à la fois chez Adolphe Degouy, à Saumur, et à Paris, chez Gihaut Frères, grands éditeurs de gravures de fantaisie.

Album... lithographie, collection particulière

Cette épreuve lithographique se caractérise par un encrage très foncé, comme beaucoup de réalisations d'Aubry à cette époque. Il s'agit d'un simple portfolio, pas encore d'un livre ( La Bibliothèque nationale ne le connaît pas ).

 En 1832, il publie à l'imprimerie lithographique de Lachaume à Saumur ses Leçons pratiques du Cours d'art militaire. Il avait annoncé cette série l'année précédente par un bulletin de souscription lithographié ; il annonçait six dessins, à 3 francs l'unité.

Souscription, lithographie de 1831, collection particulière.

Finalement, il publie un ensemble homogène de quatre planches in-folio, au tirage foncé, figurant des manoeuvres dans les environs de Saumur : Passage de bac à St-Florent ( Estampes, n° 98 ), Passage de défilé en avant. Vue de Saumur ( Estampes, n° 99 ), Grand'Garde et Embuscade route de Doué. Ces quatre lithographies sont d'un vif intérêt par la description des tactiques militaires, par le grouillement des personnages et par l'exactitude des paysages représentés ( voir la tradition napoléonienne ).

4) L'aquafortiste

Grande revue , 1830, collection particulière.

 Cette belle eau forte de 1830, intitulée " Grande Revue passée dans le champ de manoeuvre par le général commandant l'école royale de cavalerie ", représente des centaines de personnages sur le Chardonnet et se caractérise par sa finesse d'exécution et l'ampleur de son cadrage. Elle constitue la planche 8 d'un recueil, sans doute l'Album cité plus haut. J'ai placé au-dessous le dessin préparatoire de cette gravure, qu'un collectionneur particulier me communique aimablement .
 En cette même année, Aubry signe une planche représentant les Haras de l'Ecole de Cavalerie, destinée à une publication de Victor Adam.

5) L'illustrateur de livres

 Charles Aubry témoigne de virtuosité et d'humour dans l'illustration des livres.

- En 1833-1834, il publie une Histoire pittoresque de l'Equitation ancienne et moderne, à la fois, à Paris, chez Ch. Motte, et à Saumur, chez A. Degouy. L'ouvrage est composé de deux cahiers grand in-folio comportant 24 planches au total. Au centre, une lithographie classique au crayon représente un écuyer célèbre montant son cheval favori ; pour Saumur, il choisit Monsieur Cordier ( planche S ), le comte d'Aure, écuyer cavalcadour de Charles X ( planche V ) et Monsieur Flandrin ( planche X - voir partie centrale ). Autour de cette figure, il place des vignettes dessinées à l'encre lithographique et, par-dessus, des textes sont ajoutés au moyen d'une typographie traditionnelle.

- Charles Aubry, « professeur de peinture », reprend et perfectionne ces procédés en 1835 en illustrant l'ouvrage de son ami Joachim Ambert, Esquisses historiques et pittoresques des différents corps qui composent l'armée française. Le jeune officier y racontait l'histoire des diverses unités militaires, en donnant la part belle aux corps montés et en traitant ironiquement l'infanterie. Les 13 planches sont de très grand format, hauteur 0,53 m, largeur 0,39. L'encadrement est sans cesse différent et adapté au sujet.
 Il est évidemment formé par divers types de lances sur la planche consacrée aux lanciers, dans laquelle il accorde une large part aux Polonais.

Lanciers, partie centrale

  Dans un dessin du cadre, il évoque en quelques traits les compagnies d'ordonnance de Charles VII.

Lanciers, cadre inférieur

 La planche consacrée aux carabiniers prend la forme d'un temple grec, au fronton duquel règne l'Ecole de Saumur, les écuyers se déployant dans une frise rappelant celle des panathénées au Parthénon, les chapiteaux prenant la forme de têtes de cheval.

Les carabiniers, partie supérieure

Au centre, un officier de carabiniers :
Les carabiniers, partie centrale
En bas, des éléments datés de frise historique :
Les carabiniers, bas, à gauche.

Timbre d'Adolphe Degouy  La planche consacrée aux haras et remontes figure le manège Kellermann. Seul le nom d'Adolphe Degouy est cité comme éditeur et comme imprimeur ; il appose sa marque au timbre sec au bas de chaque feuille, en y précisant qu'il existe une version avec texte et une autre réduite aux planches. Cet élégant ensemble forme le plus beau livre imprimé à Saumur à l'époque contemporaine. Sans doute aussi le plus cher : le 24 février 1836, le Conseil municipal vote un crédit de 60 francs pour son achat ( A.M.S., 2 D 5 ).

 

 

 D'une façon générale, Aubry sait croquer des vignettes en quelques traits, comme ces Francs au combat :

Francs au combat, ébauche,collection particulière.

 Il emboîte avec habileté deux gravures de techniques différentes, sur cette évocation des guerres de la Renaissance :

Emboîtage de deux gravures

 L'ouvrage majeur d'Aubry est réédité en 1837 sous le nouveau titre " Esquisses historiques, psychologiques et critiques de l'armée française par Joachim Ambert. Lithographies et vignettes sur bois de Ch. Aubry et de Karl Loeillot. Seconde édition ". Le texte est fortement augmenté, les illustrations anormalement réduites, mais complétées par des vignettes de Loeillot. Cette réédition, sans grand intérêt, Une planche des Chassesest imprimée à Paris, en deux volumes, au format 1n-8°.

 

- Toujours en 1837, Charles Aubry fait paraître à Paris, chez Ch. Motte, " Chasses anciennes d'après des manuscrits des XIVe et XVe siècles ", dans lesquelles il manifeste la même habileté et une bonne culture historique.

 

 

 

 

 

6) Aubry portraitistePortrait d'un inconnu, peut-être Napoléon Bonaparte jeune, collection particulière.

 

 

 

 

 Aubry a dessiné des portraits. Ce jeune homme inconnu est-il un de ses amis ou plutôt une évocation de Napoléon Bonaparte jeune, comme le suggèrent la chevelure et l'habit ( collection particulière ).

 

 

 

 En tout cas, l'esquisse suivante est clairement renseignée : elle prépare un portrait du maréchal Joachim Murat :

 

Esquisse d'un portrait de Murat

 

7) Aubry aquarelliste

 Cette intéressante aquarelle ( ni signée ni datée ) figure le pont des Sept-Voies, appelé aussi " le Pont rouge ", dans son état des années 1820-1830, avec ses trois travées en bois. A gauche, l'îlot Censier et la Maison de la Reine de Sicile.

Aquarelle ni signée ni datée, représentant le pont des Sept-Voies

 

 Aubry semble quitter la ville de Saumur vers 1837 et l'on perd ensuite sa trace.

 A la même époque, travaille le photographe Charles Aubry ( 1811-1877 ), qui réalise de remarquables clichés de natures mortes et de compositions florales. Les deux homonymes n'ont apparemment rien en commun, pas plus qu'avec un autre homonyme, un célèbre jurisconsulte.

 Plus tard, en 1882, paraît la première édition de Nos farces à Saumur, une fantaisie rédigée par Théo-Critt ( Théodore Cahu ) et illustrée par O'Bry. Il ne s'agit pas de vieilles caricatures de Charles Aubry, mais de vignettes dessinées par un jeune homme de 30 ans qui a vécu à Saumur. Je ne sais s'il a un rapport de parenté avec le précédent. Le champ de la recherche est loin d'être clos.