Chapitre 44 :

 Plan sur l'action de la municipalité Amy de 1925 à 1939

 

 

 Une seule étude générale : Christelle Godicheau, La vie municipale à Saumur de 1925 à 1939, Mémoire de maîtrise, Angers, 1998 ( A.D.M.L., BIB 10 236 ).
          

1) Robert Amy

- Sur l'homme et sa famille :

   Note dans rue Robert-Amy ;

   Diaporama de Véronique Flandrin dans le site des Archives municipales.

- Sur ses choix politiques, un dossier approfondi :

Dossier 1 : Robert Amy, un radical-socialiste

- Sur les élections municipales de 1925, qui marquent la fin de l'Union sacrée et l'entrée en politique de Robert Amy :

  Dossier 2 : Le tournant de 1925

- Sur les élections suivantes, municipales et législatives, sur la vie publique, assez agitée, surtout au temps du Front Populaire, sur le pacifisme, sur la détente de 1939 au sein du Conseil, une chronique très détaillée :

Dossier 3 ; Les débats politiques au temps de la municipalité Amy

- Pour l'ensemble de l'Entre-deux-guerres, dossiers sur les droites et sur les gauches à Saumur.
     

2) La mise en route, 1925-1929

 Les élus de la majorité Amy sont tous des nouveaux venus ; ils sont relativement lents à prendre leurs marques. Ils trouvent une ville épuisée par la guerre et fortement endettée. Le premier mandat est surtout marqué par des mesures symboliques et par quelques décisions à portée sociale, la plus importante étant la suppression de l'octroi en 1928.
  

3) Les grands travaux, 1929-1934

  Après son succès électoral de 1929, Robert Amy peut se lancer dans de grandes entreprises, déjà en gestation. L'Office Public d'Habitations à Bon Marché avait été créé le 25 avril 1929 ; il réalise deux importants lotissements à un rythme rapide ; des lotissements privés sont aussi lancés. Passé 1933, les constructions sont rares et bien des projets restent dans les cartons.

Dossier 4 : L'action en faveur du logement

 Ces réalisations s'inscrivent dans un projet d'urbanisme plus ample préparé par l'architecte de la ville, Jean Hénin. Parmi les créations les plus marquantes du temps, il faut citer le stade municipal ( 1930-1934 ) et le nouveau service d'eau ( 1932-1934 ).

Dossier 5 : L'urbanisme de 1925 à 1939

 Dans ces années-là, la ville est un vaste chantier ( des entreprises d'Angers viennent même y travailler ). L'ensemble de ces réalisations marque l'apogée de l'action de la municipalité Amy. Cette dernière est honorée par la visite, le 15 janvier 1933, du docteur Philippe Marcombes, longtemps maire de Clermont-Ferrand et pour l'heure sous-secrétaire d'Etat à l'Education Physique dans le gouvernement Paul-Boncour. Le maire connaît déjà le médecin, qui est lui aussi un zélateur du sport féminin et qui vient inaugurer le nouveau stade municipal. Après une nuit à l'hôtel du Roi-René, le représentant du gouvernement se rend sur le stade, où sont rassemblées quatorze sociétés sportives de Saumur et des environs ( dont la Jeanne d'Arc ). Ensuite, il parcourt en voiture la cité des Moulins et est accueilli à la cité des Violettes ( A.D.M.L., 1 M 7/73 ). La visite se poursuit par des rencontres entre républicains à la mairie et au théâtre. Le ministre prend ensuite la route pour Segré ; en chemin, il participe à des agapes, probablement raffinées, à l'hôtel des Ducs d'Anjou aux Rosiers, en compagnie de Robert Amy et des députés Jean Hérard et Emile Perrein. Les autres participants saumurois se retrouvent pour un banquet, chez Leseuil, à l'hôtel de la Paix ( d'après le récit de l'Ouest ).
   

 4) Les actions en faveur de la jeunesse ( 1932-1939 )

  Quand le ministre de l'Intérieur réclame d'urgence de grands travaux afin de lutter contre le chômage, Robert Amy fait adopter par le Conseil municipal du 9 octobre 1935 un ambitieux programme de réalisations, toutes en faveur de l'enfance :
   1 - une école maternelle et enfantine aux Violettes,
   2 - l'agrandissement de l'école maternelle de la rue Jean-Jaurès,
   3 - l'agrandissement de la colonie de vacances par l'achat du Prieuré de Champigny, afin que les enfants puissent y passer deux mois.
 Ces trois premiers objectifs, déjà en préparation, sont fidèlement réalisés au cours du troisième mandat de Robert Amy.

Dossier 6 : L'action scolaire et périscolaire

 La ville construit aussi une auberge de la Jeunesse, nouveauté dont on parlait encore peu en 1935.
 Le plan énumérait ensuite :
   4 - l'aménagement d'un patronage laïc avec salle des Fêtes ( un projet est dressé ),
   5 - la création d'un orphelinat municipal de 50 lits.
 Ces deux derniers objectifs ne se concrétisent pas, d'autant plus que la municipalité et la ville doivent faire face à un problème imprévu : l'accueil d'enfants espagnols, puis de réfugiés adultes. Cette affaire mérite des explications.

 Dossier 7 : La guerre d'Espagne si proche
   

 5) Les freins financiers

  La ville projetait aussi de réaliser trois réseaux d'égouts. Il va de soi que les limites à son action, bien perceptibles à partir de 1935, étaient de nature financière. Se privant des revenus de l'octroi, la municipalité contracte de grands emprunts et augmente sensiblement les centimes additionnels.

Dossier 8 : Notes sur les budgets
   

 

  Robert Amy a opéré des choix très nets ; il écarte les entreprises somptuaires pour se concentrer sur des réalisations à portée sociale. Ambitieux, méthodique, tenace, il mène à bien une demi-douzaine de projets majeurs sur l'espace de quinze ans, en un temps marqué par l'inflation et par le marasme économique.