La monnaie de Saumur   

 

1) Pourquoi ?

 Le dauphin Charles, réduit à son royaume de Bourges, a perdu ses ateliers monétaires de la France septentrionale. Aussi en ouvre-t-il de nouveaux à Chinon, Loches, Orléans et aussi à Saumur, où l'existence d'un hôtel temporaire est attestée de 1419 à 1431.

2) Quelles émissions ?

 Parfois confondu avec celui de Sens ( qui alors est sous contrôle anglais ), l'atelier de Saumur est identifiable par la lettre S, parfois pointée et placée à la fin des légendes. En 1421 et en 1427, y sont frappées des florettes, des pièces d'argent marquées aux fleurs de lis et valant un gros de 20 deniers. Voici la plus lisible :

Florette de 1421 frappée à Saumur  

Avers
CHARLES : ROI : DE FRANCE   S 
Revers
  
LE NOM DU SEIGNEUR SOIT BÉNI !

 

3) Emplacement

 L'atelier était implanté non loin de l'actuelle rue de la Monnaie, mais plus précisément auprès de la fabrique du fondeur Lamy. Au n° 30 de la rue Saint-Nicolas, il en subsiste la façade et une tourelle octogonale.

4) Les changeurs de monnaie

 En cette période de fréquentes mutations monétaires, les pièces en circulation sont rapidement hors d'usage. Des changeurs de monnaie les récupèrent et les remettent cisaillées à l'hôtel des Monnaies. Ils étaient probablement nombreux et actifs, lorsqu'un atelier fonctionnait à Saumur. Nous ne disposons d'un registre que pour une période plus tardive et moins favorable : entre 1456 et 1488, treize changeurs de monnaie installés à Saumur obtiennent le privilège.
 La ville apparaît constamment comme la seconde place financière de l'Anjou, mais, il faut le reconnaître, elle est très loin d'atteindre l'activité d'Angers.

SOURCES
- Outre les traités classiques de numismatique, Émile-François FARGE, « Ateliers temporaires de Charles VII », Annuaire de la Société de Numismatique, 1894.
- Robert FAVREAU, Les changeurs du royaume sous le règne de Louis XI, 1964.