NOM ACTUEL : r. Bellevue
 

 QUARTIER : Gare - Croix Verte
   

  

Attention, trois lieux portent ou ont porté ce nom.

- Sur Saint-Hilaire-Saint-Florent, au-dessus de la rue du Poitrineau, une grosse ferme porte ce nom à l'explication évidente. Non loin, la "Tour de Belle-Vue", au Gros Châtaignier, solidement bâtie en pierre du pays et desservie par un escalier en fer hélicoïdal, offre également un beau belvédère. A l'origine, il s'agirait d'un rendez-vous de chasse construit par un magnat des vins mousseux.

- Au coeur de la vieille ville, sur un plan de 1771 du fief de Bagneux ( A.D.M.L., 1 J 129 ), apparaît une montée de Bellevue, qui correspond à la partie supérieure de la Montée du Fort, quand la rue fait un brusque virage et longe les bastions pour rejoindre la porte occidentale du château. La petite esplanade qui précède le pont dormant est baptisée " place Bellevue " en 1838. En contrebas, il existe aussi un cul-de-sac de Bellevue, une impasse qui plonge dans le coteau à l'emplacement des terrains où l'on a édifié le Cours Dacier. Cette impasse est aussi appelée " rue des Bouchers " ( voir Montée du Fort ).
 Une villa Bellevue, très élevée et dépassant la hauteur des bastions, existe vers le milieu de la voie. A défaut d'historique détaillé, en voici deux figurations :

Vue du centre primitif

L'image n'est pas fameuse, mais on reconnaît bien cette haute tour en avant des bastions. Bien meilleure, cette intéressante plaque photographique la présente du côté de l'esplanade :

Villa Bellevue

( cliché Gilles Moreau )

 En recherchant dans ses souvenirs, Elisabeth Suaudeau retrouve que cette pittoresque maison était habitée par un certain Monsieur Lenormand, qui travaillait à la pharmacie de l'hôpital. Tout le quartier a été saccagé en 1975. Je crois même que la villa Bellevue avait disparu un peu auparavant.


 - Cet ancien nom oublié n'a aucun rapport avec le nouveau toponyme, dont l'explication est plus simple : cette rue pavillonnaire ouverte entre les deux voies ferrées s'appelait la " rue de l'Ancienne-Gare prolongée ", nom qui paraissait bien rébarbatif à l'un des riverains, qui proposa et obtint du maire Lucien Gautier cette nouvelle désignation, dans les années 1960. Il est vrai qu'au delà des voies ferrées, on aperçoit le château.

 
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE