NOM ACTUEL : r. Bonnemère
 

 QUARTIER : Ville close
   

Premières dénominations : "rue de la Maison Commune" (1619, A.D.M.L., E 1893) ; "rue de la Maison de Ville" (1686). XVIIe-XVIIIe siècle : "cul-de-sac de l'Hôtel de Ville", car cette voie pavée mène à l'entrée principale de la Mairie et est barrée par l'ancienne muraille protégeant la vieille ville. La rue est débouchée en direction des quais seulement en 1797 (A.M.S., 1 D 6).

1794-1818 : rue de la Réunion

1818-1894 : rue de l'Hôtel-de-Ville, rue de la Mairie.
1894 : Nom actuel, mais sans prénom ; les édiles veulent honorer Aubin Bonnemère, c'est formel dans leur délibération, mais ils pensent peut-être aussi à une autre famille Bonnemère qui a joué un rôle important à Saumur et dans la région.
 

 Fils d'un marinier habitant à l'entrée de la rue des Ponts, Aubin Bonnemère est baptisé dans l'église Saint-Pierre le 19 janvier 1753. Devenu un grand gaillard de 5 pieds, 5 pouces ( 1,75 m ), il s'engage dans le régiment du Royal-Comtois Infanterie. Il y gagne le grade de sergent et commande un groupe de 40 hommes.
 Le 13 juillet 1789, lui et ses hommes font partie des troupes royales qui sont chargées de menacer Paris, mais qui rejoignent le peuple insurgé. Le lendemain, il est l'un des premiers à entrer dans la Bastille. Il entend alors des cris de femme terrorisée ; c'est mademoiselle de Monsigny qu'on menace, en la croyant la fille du gouverneur de Launay. Il la prend sous sa protection et la tire d'un mauvais pas.
 Pour le courage qu'il a manifesté au cours de cette journée, la ville de Paris lui décerne un sabre d'honneur et une couronne civique, que Melle de Monsigny vient poser sur sa tête. Dans une lettre du 23 août 1790, Aubin Bonnemère dédie ces récompenses à sa ville natale et envoie en même temps une pierre taillée dans les matériaux de la Bastille en cours de destruction. Cette pierre est reçue solennellement le 5 décembre 1790. Elle est d'abord placée dans la grande salle de réunion, puis, en 1880, scellée sur la façade de l'Hôtel de Ville.
 En même temps, Aubin Bonnemère ( qui a 37 ans ) propose ses services à ses compatriotes et vient le déclarer devant le district de Saumur. Le député Cigongne, appuyé par une lettre de Bailly, le maire de Paris, le propose pour entrer comme lieutenant dans la gendarmerie de Maine-et-Loire en cours de formation. Il y est admis le 20 juin 1791, mais comme simple gendarme, sans doute parce que ses connaissances sont limitées, ainsi que le trahissent ses lettres ( A.D.M.L., 1 L 622 ).
 On perd ensuite sa trace. Il a vraisemblablement été tué au cours des campagnes de la Révolution et de l'Empire.

N° actuel

CURIOSITÉS

Ancienne entrée de l'Hôtel de Ville

Ancienne entrée néo-gothique de l'Hôtel de Ville
aménagée par Joly-Leterme vers 1844 et aujourd'hui détruite.


 

9 rue Bonnemère

 

 

 

 


9 - Ancienne droguerie Gebhard, brillant décor kitsch des années 1900, bien mis en valeur - sur des soubassements de granite très rares à Saumur.


RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE