NOM ACTUEL : r. Dupetit-Thouars
 

 QUARTIER : Portail-Louis Arche-Dorée
   

Premières dénominations : rue du Grand-Jardin, nom officialisé en 1818. 1838 : rue Dupetit-Thouars
1905 : rue Jean-Jacques Rousseau, dénomination peu employée.

    Le Grand Jardin

 La voie formait l'allée centrale d'une promenade publique étirée depuis l'actuelle place Dupetit-Thouars jusqu'à l'emplacement de la salle Robert Amy. L'ensemble comprend des parterres de fleurs, des terrains de jeux de boules et un pavillon d'été, utilisé aussi pour les leçons de l'Académie des Exercices ( d'où le nom porté sur ce plan des années 1750 ).Plan de Prieur-Duperray, le Grand Jardin, le Portail Louis, les égouts de la ville et la place de la Douve


 Appelé aussi, en 1726, l'Allée commune et la Promenade, ce Grand Jardin est aménagé sur l'emplacement des bastions de terre édifiés sous Duplessis-Mornay ; il est bordé par un fossé, qui en dessine les contours et qui fait communiquer les douves de la ville avec la mare Maillet. Résultant d'une série d'expropriations, cet espace, nivelé et planté d'arbres, appartient primitivement au domaine public, mais le sénéchal Jean II Bonneau de la Maissonneuve se l'approprie ; en 1654, il est la propriété d'une de ses filles, épouse de Jean Gabard ( A.D.M.L., C 278 ).
 En 1780, la société du Grand Jardin ( chap. 20 § 7 ), réunissant les notables de la ville, le prend en location et en réserve l'usage à ses membres.
 Après la Révolution, cette promenade, désormais de taille réduite ( on y accède par la rue Beaurepaire ) est toujours dans le domaine privé. Elle est dans la famille Bonnemère, qui, en janvier 1818, la revend au négociant Nicolas Huard-Lambert. Ce dernier la découpe en 13 lots, qu'il revend comme terrains à bâtir ( A.D.M.L., 31 J 474 ), ce qui donne la rue de la Maremaillette et ses alentours.

N° actuel

CURIOSITÉS

rue Dupetit-Thouars, 2, Hôtel des Ventes2 - Ce bel immeuble couvert de guirlandes a été réalisé par V.-P. Brunel en 1921 ( entrepreneur Carré-Guiard ). Sous ses airs de guinguette, il héberge la Banque Nationale de Crédit, ce qui explique les fortes grilles. En 1940, il est confisqué comme bien israélite et abrite ensuite des officines faisant de la propagande en faveur de la Collaboration, sans connaître une intense activité.
Aujourd'hui, l'Hôtel des Ventes.
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE