NOM ACTUEL : r. Gambetta
 

 QUARTIER : Alsace Pont-Fouchard
   

Première dénomination : rue des Bouchers prolongée ( vers 1840 ) 19 janvier 1883 : rue Gambetta, à la suite du décès récent de l'homme politique qui avait été le chef de la Délégation gouvernementale installée à Tours.

 La ville aménage cette voie nouvelle en rachetant des terrains de 1840 à 1877. Le prix très élevé demandé par Abraham pour les parcelles donnant sur la rue Beaurepaire retarde les opérations. La pose des trottoirs n'est achevée qu'en 1890. Le projet de prolonger cette voie jusqu'au Thouet, inscrit sur plusieurs plans, a été repris tardivement avec la rue Saint-Louis.
 Les constructions, très soignées, offrent de bons spécimens des styles des années 1900-1914. Certaines, à destination familiale, sont dotées d'un balcon ; d'autres, à visées locatives, comportent trois étages.

N° actuel

CURIOSITÉS

9 bis rue Gambetta, l'Abeille

9 bis - L'entrepreneur Louis Gélineau installe ses bureaux dans une maison isolée à tourelles, que les cartes postales baptisent le " château l'Abeille ". Il se sculpte même au-dessous de la tourelle de droite portant sa maison sur le dos.Château de l'Abeille, portrait probable de Gelineau

 

 

 

 

 Les immeubles qu'il construit dans le quartier sont caractérisés par un abondant décor fleuri, par des médaillons au centre du fronteau des baies, par un couronnement marqué par une série de grecques surmontées par des glyphes.

 

 

8 rue Gambetta

 

8 - Cette maison habilement posée en angle est caractéristique des constructions de Gélineau.

 

 

7 rue Gambetta

 

7 - De l'autre côté de la rue, au débouché de la rue de la Maremaillette, cette maison présente le répertoire des décorations de Gélineau, qui réapparaissent au n° 13.

 


 De 1940 à 1944, le commandant de la Kreiskommandantur installe sa résidence privée dans ce quartier, qui est quadrillé par les troupes d'occupation.

 

11bis, rue Gambetta

 

 

11 bis - En rupture provocante avec les maisons du voisinage, cette façade au jaillissement vertical et débordante de rinceaux n'est qu'un décor ; la maison d'habitation est structurée en arrière selon une orientation différente ; c'est l'un des meilleurs spécimens du modern style local ( architecte Henry Jamard, entrepreneur Parenteau, propriétaire Raimbault, 1913 ).

 

23, rue Gambetta

 

 

 

 

 

23 - Le surprenant décor de tournesols stylisés, le refus de la ligne droite au profit de molles ondulations font songer à une réalisation d'Henry Jamard, qui a créé des villas balnéaires dans ce style. Cette maison art nouveau ne figure cependant pas dans les archives de l'architecte.

 
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE