NOM ACTUEL : boulevard Joly-Leterme
 

 QUARTIER : Offard-Millocheau
   

  Charles Joly-Leterme, né à Baugé le 9 juin 1805, fait des études à Paris et débute modestement comme "piqueur", agent de maîtrise. sur les chantiers. Installé à Saumur, il y travaille d'abord à la construction du pont Napoléon, comme cadre subalterne, sous la direction des ingénieurs Normand et Derrien, avec le titre d'agent voyer. Sa première réalisation personnelle est le pont de fil, reliant Saumur à Saint-Hilaire-Saint-Florent.

 Il devient architecte voyer de la ville de Saumur en 1841, fonction qu'il occupe jusqu'en 1869. Il renouvelle le parc monumental de la cité, en reprenant des styles reconnus et adaptés à leur destination. Ces abondantes réalisations sont étudiées dans le chapitre consacré à l'urbanisme au XIXe siècle.Mairie de Saint-Lambert de Levées En même temps, le maire Charles Louvet le harcèle pour des questions subalternes, qui font partie de sa charge ( voir passage sur Joly-Leterme, un factotum ).


 Dans le cadre limité de cette biographie sommaire, on insistera sur la région saumuroise. Joly-Leterme construit au début de sa carrière l'élégante mairie de Saint-Lambert-des-Levées, en style néo-renaissant ( années 1839-1843 ).

 

Saint-Pierre de Bagneux

 

 

 

 Parmi ses dernières oeuvres apparaît l'ensemble formé par l'église Saint-Pierre de Bagneux ( style Plantagenêt, réminiscences de Saint-Pierre de Saumur )...

 

Mairie de Bagneux

 

 

et par l'hôtel de ville voisin, achevé seulement en 1870 par Roffay, dans le style des grosses maisons bourgeoises, sans souci de monumentalité.

 

 

  Joly-Leterme construit ou restaure des résidences privées, en particulier, le château de la Perrière, à Bagneux, et le château neuf de Montreuil-Bellay. En 1860, il réalise pour Hector Baillou de La Brosse le château de Marson, dont on voit ci-dessous la façade ouest un jour de chasse à courre, et plus bas la façade est.

Carte postale, château de Marson un jour de chasse à courre

Château de Marson, façade est.

 Les tours d'angle ont une fonction plus décorative que défensive. Plus nettement encore, les hauts mâchicoulis, les créneaux et les archères-canonnières ne subsistent que pour la parade. Les baies, les pilastres, les chapiteaux, les lucarnes surmontées de hauts gâbles correspondent aux premières années de la Renaissance. Dans les parties hautes, la parenté avec Azay-le-Rideau est frappante. Une seule différence essentielle : les tours ne sont pas en encorbellement.

 

 

 Il est aussi l'un des architectes du diocèse d'Angers, de 1848 à 1879. Il est l'auteur de la nouvelle église de Saint-Clément-des-Levées, il restaure la chapelle de Russé ( beau clocher ) et, en 1866, il conduit d'importants travaux sur l'église Saint-Barthélemy, à Saint-Hilaire-Saint-Florent, Eglise Saint-Barthélemy actuellement

Eglise Saint-Barthélemy, gravure sur bois de 1862 

 

 

 

 

 

 

 Il ajoute une nouvelle travée un peu plus grande que les trois travées primitives, mais toujours dans le style Plantagenêt. Il complète l'édifice par un clocher-porche, dans le style roman et il en décore la façade par des bandeaux de pierres en losange, comme à Nantilly. L'église ancienne portant des vestiges de remparts et de mâchicoulis, il ajoute des petites tours crénelées et des corbeaux rappelant ceux du chevet. Le nouvel assemblage est un peu hétéroclite, mais il est conforme à l'histoire du bâtiment.
Quand il réalise une église neuve et qu'il dispose d'une certaine liberté d'action, Joly-Leterme donne sa préférence au style Plantagenêt.

 Architecte des Monuments Historiques, apprécié par Mérimée et Viollet-le-Duc, il opère des restaurations sur toutes les églises de Saumur. Il mène à bien les importants chantiers de Cunault, de Saint-Savin et des églises de Poitiers. C'est au titre des monuments historiques qu'il reçoit la légion d'Honneur.

 Joly-Leterme est un éclectique plus soucieux d'élégance que d'originalité, reprenant sans complexe les styles du passé, mais sachant les intégrer dans les nouveaux paysages urbains. Bon connaisseur du tuffeau et des pierres du pays, il soigne particulièrement le décor sculpté, qu'il fait souvent réaliser par un homonyme, Isidore Joly. Il n'a pu mener à bien une telle quantité de chantiers sans l'aide de nombreux assistants : son neveu, Henry-Etienne Pineau et les architectes Ernest Piette et Emile Roffay, qui travaillent avec lui.

 Cessant ses fonctions d'architecte de la ville en 1869 et l'ensemble de ses activités vers 1873, il fait alors de grands voyages.Signature de Joly-Leterme Sur sa vie privée, on sait que ses bureaux étaient au n° 25 de la rue de la Petite-Douve, dans une maison achetée en 1842, qu'il possède aussi une maison au bas de l'actuelle rue Marceau, qu'il avait épousé Aurélie Leterme à Saint-Mathurin en 1836, et on leur connaît deux garçons, qui sont devenus officiers généraux. Son violon d'Ingres est l'archéologie ( fouilles au Bois-Brard et à la Gueule-du-Loup ).
Joly-Leterme décède à Saumur le 9 janvier 1885 et est enterré au cimetière de la ville.

En complément, voir deux études d'Etienne Vacquet :
- Les réalisations de l'architecte Joly-Leterme, Journée du Patrimoine, 1995 ;
- « De quelques aspects d'un architecte en Anjou au XIXe siècle : Charles Joly-Leterme », 303, n° 65, p. 58-67.

N° actuel

CURIOSITÉS

 Pendant un siècle, l'île Millocheau n'est abritée des crues que par la digue élevée sur son flanc Nord, c'est-à-dire qu'elle n'est nullement protégée. Dans le plan de reconstruction de la ville au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, il est prévu de la mettre hors d'eau, avant d'élever une imposante série de barres d'immeubles.Photo aérienne de 1956
 Sur cet extrait d'une photo aérienne de 1956, apparaissent de droite à gauche, l'avenue du Général de Gaulle, en cours d'achèvement, le quai du Gaz, avec son usine et sa cheminée, le débouché de la Boire Quentin, puis la nouvelle levée, baptisée " boulevard Joly-Leterme " et, en arrière, les nouveaux immeubles en construction.

 

Nouveaux immeubles à la pointe de l'île Millocheau 

 

 A l'extrémité du boulevard, ont poussé dans les années 1980 de nouveaux grands ensembles aux dispositions plus aérées.

 
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE