NOM ACTUEL : chemin des Justicions

 QUARTIER : Saint-Hilaire-Saint-Florent   

 

 Le nom apparaît en 1521-1523 sous la forme " la Justicion " dans les actes de la châtellenie de l'abbaye de Saint-Florent ( A.D.M.L., H 2 948 ). Mais, un siècle plus tard, il devient " la Justice " ( H 2 959 ). Il redevient " la Justicion " sur le cadastre de 1811. Il s'agit certainement de l'emplacement des fourches patibulaires, le gibet pour accrocher les pendus.
Les seigneurs châtelains qui ont un droit de haute justice tiennent beaucoup à affirmer ce privilège et entretiennent leur gibet jusqu'à la Révolution. L'abbé de Saint-Florent avait une prison, située dans la muraille du côté du Thouet ; également une salle d'audience, où jugeait le sénéchal de l'Abbaye, ainsi que ces fourches patibulaires, caractérisées par trois piliers, situées sur une hauteur au-dessus du cimetière. L'endroit devait être sinistre. Mais n'imaginons pas un gibet peuplé par une foule de pendus, picorés par les corbeaux...
 Si l'on trouve trace de nombreuses exécutions sur la place de la Bilange, je ne trouve pas de témoignage précis au sujet de ce lieu. En 1771, des préparatifs sont mis en route à l'encontre d'un assassin qui, en plus, s'était évadé en tuant son geôlier. Mais l'accusé est mort dans la prison de Saint-Florent la veille de son jugement ( A.D.M.L., H 2 892 ).

 Un canton des Justices existe à Bagneux, près de la rue des Romans. Il s'agit probablement des bois de Justice de la seigneurie du château de Bagneux, qui était châtelaine.

 

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE