NOM ACTUEL : place Maupassant
 

 QUARTIER : Alsace Pont-Fouchard
   

1808-1838 : Prend les noms successifs de la rue d'Orléans

1838 : place Maupassant. 

  Ce rond-point stratégique, pourvu récemment d'un terre-plein central, est une création plutôt tardive. Pendant trois quarts de siècle, il est un carrefour informe, bordé de piquets, entre la rue Neuve du Pont-Fouchard et la levée d'enceinte de la fin du XVIIIe siècle ( actuelles rues Bodin et d'Alsace ).

Extrait du cadastre de 1812, plan G2

 Sur le cadastre de 1812, les lieux sont déserts. La levée d'enceinte, encore très étroite, n'est bordée d'aucune maison jusqu'à la rue de la Grise. Une seule zone bâtie apparaît sur la « rue Neuve du Pont-Fouchard » auprès de « la mare Maillet », au départ de l'actuelle place de l'Europe. Des pans coupés sont sommairement esquissés au carrefour. Vers le sud, l'actuelle rue du Maréchal Leclerc est tracée en pointillés ; les terrains sont expropriés, mais le rehaussement de la chaussée est en cours.
 Après la chute de Charles X, la municipalité décide de débaptiser la voie imprudemment attribuée à son fils aîné, le duc d'Angoulême. Dans une lettre au maire du 7 juillet 1831, Paul Ratouis propose de l'appeler " rue Maupassant ". En réalité, par une nouvelle flagornerie, la ville la rebaptise " rue d'Orléans ", mais elle se rattrape en 1838 en créant la " place Maupassant ", limitée au seul carrefour.

 La famille Maupassant mérite bien cet hommage collectif. Les descendants d'Aignan Maupassant sont entrepreneurs des ouvrages du roi et négociants. Ils font de bonnes affaires, ils possèdent d'importants biens à Saumur, à la Croix Verte et, à l'extérieur, le château de la Ronde. En 1790, ils sont les artisans du rattachement du quartier de la Croix Verte à la commune de Saumur. Ils occupent des charges publiques et prennent des positions progressistes. Louis-Charles, député de la Loire-Inférieure à la Constituante, est massacré à Machecoul par les Vendéens révoltés. La famille et ses apparentés donnent deux maires à Saumur, Charles en 1821-1823 et, en 1837-1838, Nicolas Nau-Maupassant, qui vient de démissionner quand on baptise le carrefour.

 Plan d'alignement par Calderon

 Sur le plan d'alignement tracé en 1839, Antoine Calderon adopte le nouveau nom et trace en rouge les transformations qu'il propose : il dessine le cercle du rond-point et il décide d'élargir l'actuelle rue d'Alsace du côté des prairies. En face, il suggère l'ouverture de l'actuelle rue du Docteur-Bouchard, qui sera terminée en 1846.
 Ainsi réalisée dans les années 1840, la place Maupassant constitue une solennelle entrée de la ville sur son flanc sud. Les plus grandes familles locales, par une spéculation avisée, ont acquis de vastesLe rond-point sur un plan de l'Entre-Deux-Guerres terrains tout autour et se lancent dans des opérations de prestige.

- Au préalable, l'architecte-voyer Giraud, qui avait épousé une demoiselle Maupassant, avait élevé les " Folies Giraud ", aujourd'hui la CCI. Voir rue du Maréchal-Leclerc.

- Vers les années 1838-1840, les familles Toché et Louvet élèvent leur bel hôtel particulier, en avant d'un vaste parc.

- Les familles alliées Saillant et Delavau possèdent les prairies situées de l'autre côté de la rue. Elles lancent un lotissement de prestige en découpant des parcelles en touches de piano. Voir le début de la rue d'Alsace.

 

- L'angle supérieur est la propriété des Boutet et des Boutet-Delisle, qui élèvent des bâtiments aux formes originales ( à gauche, au-dessous ).

L'hôtel Amiot en 1944Hôtel de la famille Boutet  

 

 

 

 

 

 

 

- L'espace triangulaire entre les rues Bodin et du Docteur-Bouchard appartient à la famille Maupassant, qui y possède une vaste demeure. La famille Amiot lui succède dans un hôtel particulier, reprenant le style des demeures patriciennes de la ville. La bâtisse, en mauvais état, est abattue en 1965 pour laisser la place à la résidence Maupassant. Son histoire est mal connue et il n'en subsiste que la médiocre photo, au-dessus à droite, illustrant le plan d'urbanisme d'André Leconte.

Plan de Leconte : le N.E. de la place Maupassant

 Ce plan, élaboré par un urbaniste ambitieux et aussi systématique que Le Corbusier, projetait de faire du rond-point la plaque tournante de la circulation en ville. Il voulait lui donner un diamètre de 65 mètres. Pour ce faire, il aurait détruit trois séries de maisons sur l'angle N.E. ( elles sont rayées sur la photo ) et il aurait rogné les avant-cours des hôtels particuliers. En raison des bombardements, les Saumurois de la Libération ont eu des tâches plus urgences que d'exécuter ces visions futuristes.

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE