NOM ACTUEL : rue de Montaglan

 QUARTIER : Bagneux
   

- La rectification orthographique récente est malencontreuse. On trouve ce toponyme habituellement sans "D" final pendant huit siècles.

- La saine méthode exige que l'on recherche les premières formes du mot. Célestin Port avait repéré une dépendance de l'abbaye de Saint-Aubin d'Angers servant de souterrain-refuge en 970 et manifestement située dans cette région : le Mons samarenda, dans lequel il voyait l'apparition de Montaglan. Cette étymologie paraît bien acrobatique. "Marson" serait plus proche, un peu plus seulement. En tout cas, la forme incontestable de Muntaglan apparaît au XIIIe siècle dans le rôle des recettes de l'abbaye de Fontevraud. Puis on trouve Montaglan en 1378 et Montaglen en 1425. Ce toponyme fait penser au "Mont-Glonne", le premier nom de Saint-Florent-le-Vieil, qui est habituellement expliqué par le latin "Mons-le mont" et le celtique "Glann-la rive". Bien qu'elle soit hybride, cette formation paraît acceptable et elle signifierait " le mont de la rive ", de la rive du Thouet, bien sûr.

- Montaglan constitue une seigneurie d'une réelle importance ( qui pourrait recouvrir une bonne partie du terroir de Bagneux ), mais sans château fort ( le château actuel n'apparaît qu'au XVIIIe siècle ). On n'y trouve qu'une métairie qui semble très recherchée. D'importants personnages de l'histoire de Saumur deviennent seigneurs de Montaglan, depuis Jean Nicolas, en 1378, lieutenant du sénéchal, c'est-à-dire le commandant en second de la place, puis Jean de Chourses, l'un des principaux négociants de la ville, ensuite, pendant un siècle et demi, la famille Bourneau ( voir ses principaux membres ), qui passe au premier rang et qui pose des glands sur son blason, enfin de 1683 à 1789, les Blondé de Bagneux ( Gilles Blondé de Bagneux ayant occupé à la fois les fonctions de maire et de subdélégué ).

- Sur l'alignement des ponts de Saumur, apparaît une " porte de Montaglan ", une fortification complétant la Bastille et flanquée par un pont levis ( qu'on répare sans arrêt jusqu'en 1684 ). Elle est située, soit sur la face sud de l'Ile Neuve, soit sur l'entrée nord de l'Ile des Trois-Maisons. Vraisemblablement, c'est un seigneur de Montaglan qui l'a fait construire, peut-être Jean Nicolas. Mais, à part des devis de travaux, on a peu de renseignements sur cette porte secondaire.

 


RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE