NOM ACTUEL : rue Théophile-Pelon
 

 QUARTIER : Saint-Lambert-des-Levées
   

 Théophile, Narcisse, François, Eugène Pelon, né le 16 décembre 1883, à Bournezeau en Vendée, fait la guerre 14-18, comme officier d'artillerie.
 Ingénieur, il devient constructeur de machines agricoles, à Saint-Lambert-des-Levées, 108 route de Rouen. Il est aussi membre de la loge maçonnique, la Sociale saumuroise, en compagnie de Robert Amy. Il est en relation avec ce dernier et son entreprise assure l'entretien des véhicules de la ville de Saumur.
 Quand commence l'Occupation, il est le premier à se déclarer publiquement hostile au régime de Vichy. Il est, en effet, juge au tribunal de commerce de Saumur et, comme tous les élus et fonctionnaires, il est convoqué à la préfecture d'Angers afin de prêter serment au maréchal Pétain. A la suite de son refus notoire, le garde des Sceaux, Joseph Barthélemy, le relève de ses fonctions le 29 septembre 1941 ( A.D.M.L., 97 W 85 ).
D'après ce qu'on peut reconstituer, à l'été 1943, il entre dans le groupe de résistance de ses amis Roussel et Pauger. Il est arrêté dans la seconde grande rafle, le 9 octobre 1943, en compagnie de son fils Jean ( qui est relâché ). Il est déporté au camp de Buchenwald, mais il survit.
 A son retour, il anime des associations d'anciens résistants et, le 23 septembre 1945, il est élu conseiller général ( radical-socialiste ) du canton de Saumur-Nord-Ouest, fonction qu'il occupe jusqu'au 1er octobre 1967, à 83 ans.
 Il décède le 20 août 1971, dans sa maison du 108 route de Rouen, sur laquelle ses amis apposent une plaque en son souvenir.

plaque Pelon 108 rue de Rouen

 

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE