NOM ACTUEL : chemin de la Perrière
 

 QUARTIER : Bagneux
   

 La Perrière = la Carrière

 Ce nom, très fréquent dans la région, est parfois difficile à localiser dans les documents.

 Dans la ville de Saumur, les hautes et les basses perrières ont fourni les matériaux de la plupart des monuments anciens. Le chemin qui y conduisait est devenu la rue Duncan.

 A Saint-Hilaire-Saint-Florent, la carrière principale est citée vers 1100, sous le nom de « cretariam ». Elle correspond à l'emplacement actuel des caves Langlois-Chateau.

 A ne pas confondre non plus avec le domaine de la Perrière, le célèbre clos des Oratoriens, situé à Saint-Cyr-en-Bourg.Perrière sur cadastre de 1813

 Le château de la Perrière à Bagneux n'a pas de droits seigneuriaux sur le village. Cependant, sur le cadastre de 1813, il présente des éléments de fortification évidents. Cette gentilhommière remontant au XVe siècle est fortement agrandie tout au long du XIXe siècle, en particulier par Joly-Leterme et par son adjoint et successeur Emile Roffay.

 

 

 

 

 

La Perrière au dessus du Thouet

 

 

Agréablement perché au-dessus du Thouet, il change souvent de mains. Parmi ses occupants les plus connus :

- le marquis Ducroc de Chabannes, chef de manège à l'Ecole de cavalerie ;

- Ezéchiel Demarest, qui a épousé la fille de ce dernier ;

- l'architecte Emile Roffay et son épouse Victorine Besnard ;

- Etienne Raveton, un des cadets tué en compagnie du lieutenant de Buffévent.

- Le manoir est appelé " le château Lombard ", du nom d'une famille qui l'occupe pendant la guerre. Il est réquisitionné par les Allemands en retraite. Le major Eckert, Kampfkommandant, s'y enferme et y planifie des destructions systématiques, avant de vider les lieux avec discrétion le 29 août 1944 et de laisser la place aux pillards...

 

 

 

RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE