NOM ACTUEL : r. du Pressoir
 

 QUARTIER : Nantilly
   

Premières dénominations : Le " pressouer Sainct Anthoine ", dépendant de l'abbaye de Saint-Florent, apparaît en 1471 ( A.D.M.L., H 2 293 ). Il était situé à la sortie gauche de la rue, et une chapelle voisine, dédiée à Saint-Antoine, explique son nom, ainsi que celui de l'impasse Saint-Antoine. XVIIe-XVIIIe siècle : " rue du Pressoir Saint-Antoine " et " rue du Pressoir-Boniau " ( sans doute un nom de famille ).

1794-1818 : rue du Faubourg de l'Unité, du nom révolutionnaire de la section.

1905 : rue du Pressoir.  

 Le quartier des Sabotins

 D'après quelques récits traditionnels, les gens de la rue et des voies adjacentes étaient appelés " les Sabotins ". Ce faubourg était majoritairement rural, peuplé surtout de paysans, de bêcheurs et de vignerons, tous chaussés de sabots de bois. Le contraste était grand avec les paroissiens de Nantilly-ville, habitant la partie sud de la ville close et exerçant des métiers urbains. Une autre tradition affirme que lors de l'enlèvement des cloches de 1794, des gens auraient repoussé les déménageurs à coups de sabots de bois. Il existe des rapports détaillés sur cette opération ; ils ne comportent aucune allusion à de pareils incidents, qui doivent être considérés comme entièrement légendaires, d'autant plus que les habitants du quartier ont fortement adhéré aux idées révolutionnaires.

N° actuel

CURIOSITÉS

  Les deux côtés de la rue présentent un fort contraste :
- Le côté gauche, côté impair, s'ouvre sur de longues ruelles, aboutissant à d'anciennes carrières et à des caves. Le long de ces venelles, des maisons basses, perpendiculaires à la rue et souvent en mauvais état, présentent des bâtiments s'étageant des XVe au XVIIIe siècles, vestiges déchus de l'ancien bourg de Nantilly.
- Le côté droit, côté occidental, est surtout bordé par des maisons du XIXe siècle, bâties sur des prairies ou sur l'ancien cimetière des pauvres.

 

23 - Ancien presbytère de Nantilly - Grand hôtel particulier daté de 1786 au bas de Presbytère de Nantillyl'escalier Rampe d'escalieren fer forgé.

 

 

 

 

 

 

Balcon du presbytère

 

 

 

 

 Il présente les caractéristiques de la fin du XVIIIe siècle, mais des éléments comme le fronton résultent d'une restauration récente.
 L'histoire de cette belle demeure est mal connue. Les initiales L et D figurent sur la rampe d'escalier et sur le balcon en fer forgé. Elles correspondent à la famille Lafitte-Duverger, d'après le rôle des vingtièmes établi en août 1786, qui cite « une maison nouvellement rebâtie au fond de la cour » ( A.M.S., CC 10, n° 389 ). L'hôtel serait passé dans la famille Desmé. Il sert d'hôtel du commandement en 1854. Il passe à une religieuse de la famille Mayaud, qui en fait don au clergé. La maison sert de presbytère, depuis 1906 jusqu'à sa revente par le diocèse en 2007.

 

Gravure de Pierre Bernier en 1794Extrémité gauche de la rue - Cette inscription par Pierre Bernier en 1794, fort bien mise en valeur, correspond à une ancienne entrée de la ville et à l'emplacement de la Porte Saint-Antoine, qui contrôlait le passage des marchandises.

 
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE