NOM ACTUEL :Petite-rue SAINT-NICOLAS
 

 QUARTIER : Bilange - Saint-Nicolas
   

Premières dénominations :
" la rue comme l'on va a Sainct-Nycollas " (1575)
XVIIe-XVIIIe siècle : 
vers 1751, l'ouverture de la large rue Courcouronne en fait " la Petite-rue Saint-Nicolas " ; sur un plan, elle est même représentée comme un cul-de-sac.

1794-1818 : Petite-rue de l'Égalité 

1818-1905 :  


N° actuel

CURIOSITÉS

Petite rue Saint-Nicolas 

Exceptionnellement étroite, cette voie a conservé le tracé des rues médiévales, mais elle est bordée surtout par des immeubles des XVII-XVIIIe siècles.

Ancienne maison close au n° 7-9

 

7-9 - Son évocation suscite des propos égrillards chez les vieux messieurs, car ces venelles étroites, sombres, situées près des casernes, attirent des filles dites " de joie ". Une maison de rendez-vous y fonctionne aux XIXe et XXe siècles, sans obtenir les autorisations de tolérance : un bar, situé dans le bâtiment bas à gauche, sert de lieu de rencontre ; les ébats se tiennent dans l'immeuble voisin, surmonté de trois étages.
 Les rapports de police relèvent la présence de trois ou quatre filles encartées ( voir la prostitution au XIXe siècle ). Surnommé " le Boudin Sec ", ce lupanar est aussi malpropre que sa tenancière, la mère Fouchet. Il est officialisé, sous le nom de " café de l'Etoile ", par décision de la Kommandantur du 13 juillet 1940, car l'armée allemande se réserve l'Eden, considéré comme d'un meilleur standing.
 Ses activités se sont prolongées au-delà de la loi Marthe Richard de 1946.

 
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE