NOM ACTUEL : r. de la Torpille
 

 QUARTIER : Violettes Hauts Quartiers
   

 Les bombardements massifs qui frappent Saumur du 31 mai au 2 juin 1944 ne visaient pas en premier lieu la gare et la voie ferrée Tours-Angers, comme l'ont alors pensé les habitants. Ils s'inscrivaient dans un plan d'ensemble visant à couper toutes les traversées de la Loire et à paralyser les axes sud-nord permettant d'acheminer des renforts vers le futur front de Normandie.

Torpille non explosée Dans cette perspective, le viaduc de chemin de fer Bordeaux-Paris, capable de porter de lourds convois, constitue un objectif stratégique de première importance. Il est attaqué à six reprises par l'aviation alliée. Le 9 juin, à deux heures du matin, des bombardiers britanniques attaquent le tunnel débouchant sur ce pont, avec des torpilles de plusieurs tonnes, qui font de violentes déflagrations. Une n'a pas explosé ( à gauche ). Une autre tombe sur le cimetière tout proche.

  Une torpille atteint son objectif. Elle creuse un entonnoir d'une quarantaine de mètres de diamètre à sa partie supérieure et elle défonce la voûte maçonnée du tunnel, tout près de son entrée sud. Malgré tout, la photo de droite montre que les dégâts ne sont guère importants. La voie ferrée unique n'est pas endommagée et elle a été aussitôt déblayée.

Vue d'ensemble du cratère de la torpilleLa voûte du tunnel ferroviaire

C'est seulement le 12 juillet, vers 20 h, qu'une travée du pont de fer est coupée.

 Le souvenir de cette torpille explique le nom de la petite rue qui mène à son point de chute, aujourd'hui bétonné.

 
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE