NOM ACTUEL : boulevard du Général-Weygand
 

 QUARTIER : Saint-Nicolas
   

 

Le général Weygand et Saumur

  Pas question de s'embarquer ici dans un récit de la vie assez compliquée du général Weygand, mais seulement de retracer ses relations avec Saumur.

- Il effectue un premier séjour en 1887-1888, comme officier-élève, quand il sort de Saint-Cyr. Il est encore de nationalité belge et s'appelle Maxime de Nimal ( lui-même ne serait pas parvenu à percer le mystère de ses origines ). Il sort classé 9ème dans sa promotion.

- En 1895-1896, il revient en stage de lieutenant d'instruction.

- Il opère un troisième séjour d'octobre 1902 à l'été 1907, en qualité de capitaine instructeur. Excellent cavalier, il aurait pu entrer au Cadre Noir, mais il est plus intéressé par la tactique militaire que par l'enseignement de l'équitation. Une fiche d'enquête policière le qualifie de « loyal envers le gouvernement ».

- En 1910-1912, il revient comme chef d'escadrons, instructeur en chef des exercices militaires. A ce titre, il dirige les manoeuvres au carrousel de 1911. Il s'affirme progressivement comme un brillant théoricien, ce qui lui vaudra plus tard de devenir le bras droit du général Foch. Il habite dans " l'hôtel Weygand ", 25 rue du Temple, où son épouse, née Renée de Forsanz,  donne de brillantes réceptions, tout en obtenant un brevet d'infirmière au sein de la Société de Secours aux Blessés militaires.

- Devenu général, Weygand reste très attaché à Saumur, où il revient à plusieurs reprises, et à son corps d'origine ; dans l'Entre-Deux-Guerres, il plaide en faveur du maintien d'un important corps de cavalerie montée. En 1941, il accepte de devenir président d'honneur de la Société des Lettres, Sciences et Arts du Saumurois.

 

 
RÉCIT LIEUX INDEX MÉTHODE