La carte de l'état-major ( 1820-1960 )


 Les militaires n'étaient pas satisfaits par la carte des Cassini, dont le principal défaut est une description impressionniste du relief et l'absence des repères d'altitude. La nouvelle carte du royaume préparée par les officiers de l'état-major a pour mission première de donner une description rigoureuse des mouvements du sol. Les levés commencent dans les années 1820, sur l'échelle du 1/40 000 ème et selon un réseau de courbes de niveau, que les dessinateurs transformeront en hachures. Saumur et ses environs sont couverts aux alentours de 1848, à l'époque où est posée la première voie ferrée et où sont construites les gares primitives. Voici des extraits de cette première carte, rehaussée à l'aquarelle, d'après les archives de l'Institut Géographique National.

Première carte d'Etat-Major

© IGN  

 Ces minutes sont élégantes et précises. Nous en donnons deux agrandissements :

Première carte d'état-major, détails
© IGN

  Le relevé très minutieux des bras d'eau révèle que la ville ancienne est entourée par de vastes marécages. Les prairies le long du Thouet sont bordées par de larges fossés ; un bras plus important longe notre actuelle rue d'Alsace, ce qui explique qu'au XVIIIe siècle, un projet avait envisagé de détourner le Thouet par ce passage et d'établir un port auprès du rond-point Maupassant. L'eau réapparaît de l'autre côté de la percée centrale, encore peu construite ; la " rue Verte " s'achève dans des prairies bordées d'arbres ; l'hôtel Louvet-Mayaud est prolongé par un étang circulaire. Dans le quartier de l'ancien Grand Jardin, en cours de lotissement, se maintiennent les anciens égouts de la ville et la mare Maillette, vers laquelle se dirige la rue du même nom.

Première carte d'état-major
© IGN

  Auprès d'un Chardonnet incomplètement bâti et d'écuries du Manège encore inachevées, s'étend un vaste espace de jardins, de maisonnettes et de villas, desservi par l'impasse du Chardonnet. Occupé aujourd'hui par la nouvelle Ecole de cavalerie, cet espace disparu était très vivant et intensément cultivé, surtout à l'époque des pénuries de la Seconde Guerre mondiale.   


Date : Feuille Saumur NE, type 1889, révisée en 1909
Dimension en cm, hauteur x largeur : feuille entière 24,8×39,5
Echelle : 1/80 000
Orientation : N
Techniques : taille douce
Localisation :


Carte d'état-major, modèle 1889
© IGN

 La forme courante de la carte de l'état-major a été fixée en 1889 sur le format du 1/80 000 ème, afin de garder des proportions proches de la carte de Cassini. Cet extrait de la feuille Saumur N.E., révisé en 1909 et réédité par l'armée allemande en 1941, a été peu corrigé  par rapport aux données de 1889 : les maisons sont encore rares sur notre actuelle rue du Maréchal-Leclerc ; les cartographes ont ajouté l'aérodrome de Terrefort, mais fort peu d'autres choses, comme la chapelle de Saint-Louis ( 1902 ). Elle présente donc la ville et ses environs aux alentours de 1900. Elle constitue néanmoins un tour de force en présentant autant de renseignements sur une échelle aussi réduite, et en n'utilisant qu'une seule couleur. Le réseau des hachures, finement gravé, décrit admirablement le relief, alors que les points cotés sont plutôt rares. De nombreux détails sont portés, par exemple les deux dolmens de Bagneux et la Pierre couverte située près du cimetière, les moulins à vent et à eau, ou encore l'usine du Breil et les limites de communes. Les zones de prairies sont figurées en grisé et les vignes par des rangées de petits points. Dommage que le château soit représenté par un symbole stéréotypé. Fortement chargée, cette carte nécessite parfois l'emploi d'une loupe.

 C'est pourquoi elle est agrandie au 1/50 000 ème à partir de 1898, puis dans le type M (militaire) de 1922, elle conserve ses hachures anciennes , mais des courbes de niveau en bistre sont ajoutées et les éléments majeurs sont surchargés par trois couleurs. Voici un extrait de la carte de Saumur, type M, révisée complètement en 1947 et 1949, puis partiellement en 1960 :

Carte type M
© IGN

 Les nouveaux lotissements des Moulins et des Violettes, puis de Millocheau et les premières tours des Hauts Quartiers sont ajoutés. La levée d'enceinte n'est pas encore élargie. Apparaît aussi la nouvelle route de Saint-Martin longeant la voie ferrée et construite pendant la guerre. La carte est à jour, mais on peut la trouver surchargée et criarde.





PAGE
D'ACCUEIL
MÉTHODE RETOUR
A LA LISTE
PLAN
PRÉCÉDENT
PLAN
SUIVANT