Emile ROFFAY
Dessinateur : L. Brunet


Plan de la ville de Saumur, dressé par l'architecte soussigné, Saumur, le 9 mars 1879



Longtemps collaborateur de Joly-Leterme, Emile Roffay, né en 1833, succède à ce dernier dans la fonction d'architecte-voyer, qu'il exerce de 1869 à 1877. Il achève d'abord les travaux en cours : l'hôpital, l'hôtel de la Poste et la mairie de Bagneux ; ensuite, il reconstruit à neuf le Collège de Garçons ; il est aussi l'auteur de la chapelle de la Gueule du Loup et il intervient sur l'église de Saint-Lambert-des-Levées. Il restaure, surélève et agrandit l'église Saint-Nicolas. Il réalise également l'école communale de Saint-Lambert, aujourd'hui Louis Pergaud. Dans le domaine utilitaire, il reconstruit l'usine à gaz et aménage le bâtiment de la pompe élévatrice des eaux de la Loire. Il est aussi l'auteur de plusieurs églises et mairies-écoles dans la région de Montreuil.
 Après avoir résidé rue de Bordeaux, il se retire à Bagneux, dans son château de la Perrière, qu'il vient de restaurer.
 Attentif à l'histoire, il photographie les vestiges anciens et il adresse un cliché à Célestin Port et les éléments les plus intéressants au musée municipal. Il opère des relevés des structures souterraines qu'il a dégagées sur la place Saint-Pierre. Il s'entremet pour faire copier le premier plan de Prieur-Duperray, et il conserve l'original.
 Il n'est pas surprenant  qu'Emile Roffay ait à sont tour dressé un plan de la ville avec l'aide d'un dessinateur des bureaux. Lithographié à Tours pour le compte du libraire éditeur Milon et Fils, ce plan nous paraît une réussite exceptionnelle par sa précision  et la fraîcheur de ses couleurs. Il est surprenant que dans les archives locales il apparaisse si rarement, et souvent surchargé par des annotations. Réalisé en 1879, il correspond aux dernières étapes  des grands travaux urbains du milieu du siècle.



Date : 1879
Dimension en cm, hauteur x largeur : 60x46
Echelle : 1/2 500
Orientation : S.O.
Techniques : lithographie, Juliot, Tours
Localisation : BnF, cartes et plans, Ge D-1236



Plan lithographié par Roffay

 Avec une sérieuse réserve : alors que les plans et cartes sont désormais orientés  vers le Nord,  Roffay a repris l'ancienne direction du Sud, plus exactement du S.O., sans doute pour mettre en valeur  la percée centrale, à la façon des lithographes du temps.
  Nous avons pratiqué de nombreux zooms, afin de montrer la richesse de ce plan.

Titre et pont Fouchard
 Le pont Fouchard, ses quatre pavillons et les levées d'enceintes, tout juste achevées.




La gare de l'Etat
 La Gare de l'Etat, encore réduite à trois bâtiments principaux, la halle des marchandises, à gauche, le bureau des voyageurs et la remise de l'Etat. En 1896, viendront s'ajouter les rails métriques et les bâtiments du Petit Anjou.
 Un premier projet de rue du Mouton ( qui sera réorientée vers la rue Marceau ).



Roffay, quartier de Nantilly
 La partie droite, le champ de foire, alors en cours d'aménagement, le grand parc de l'Hôtel Louvet-Mayaud ont beaucoup changé. A l'inverse, dans le quartier de Nantilly, on ne relève guère que des variations dans la toponymie.



Roffay, quartier des Ardilliers

 Les vignes sont signalées par une couleur bistre. Parmi les moulins, soigneusement répertoriés, ceux qui sont placés du côté du coteau ont disparu, à part l'énorme moulin des Fondis, en force avancée du côté de la place Notre-Dame. L'école Jean de la Fontaine n'est pas encore construite. Sur le quai, Roffay a raison de donner aux Mayaud, l'hôtel qu'on a tort attribué à la famille de Castellane.

   

Roffay, du Château à la place de la Bilange
 Emile Roffay porte les deux anciennes enceintes. Il reprend une tradition erronée, qui place la Maison de Ville de Duplessis-Mornay dans la Grande-Rue. Tout le reste me paraît très simple, à condition de préciser que le numéro 26 correspond à l'ancienne prison, d'ailleurs déformée, et le numéro 25 à l'ancien Palais de Justice. La rue Dacier est bien ouverte, mais beaucoup de maisons sont encore en chantier.



Roffay,nouveau quartier de la Maremaillette
 Le nouveau quartier de la Maremaillette, que Roffay est en train d'aménager. Notre actuelle rue Gambetta est encore en travaux, sous le nom de " rue des Bouchers prolongée ", mais sa poursuite dans la rue Saint-Louis est déjà envisagée.



Roffay, place du Chardonnet 
 L'église Saint-Nicolas  est figurée avec deux chevets plats, celui de gauche correspond au nouveau clocher,  Roffay va, peu après, remplacer celui de droite  par une nouvelle abside néo-gothique. La percée Chanzy est prévue et la Lanterne des Morts n'est pas oubliée, même si on la date plutôt du XVe siècle. A remarquer l'ampleur des bâtiments de l'Ecole de maréchalerie et de l'Arçonnerie. Autres éléments disparus : la Poudrière de l'Ecole à l'emplacement du manège Margueritte, alors que la poudrière du commerce est située près de l'extrémité du champ de tir.


Roffay, île d'Offard
  A l'est, apparaît une ébauche de digues de protection contre les crues ; ce vague projet n'a pas été réalisé, car il n'aurait servi à rien, sans relèvement des quais du côté de la Loire. Sur la place du Roi-René, l'hôtel du même nom n'existe pas encore, mais est occupé par le comte Lair. Remarquer aussi l'ampleur des bâtiments de l'usine à gaz, auprès de la "gare fluviale".


Roffay, gare Rive Droite et Croix Verte
 Les bâtiments ferroviaires ont bien changé : depuis le Débarcadère, surélevé au-dessus des voies, en passant par les deux rampes qui descendent vers les embarcadères, vers le château d'eau, la gare des marchandises et les remises. Tout à gauche, une ancienne gare a donné son nom à la rue riveraine. Une maison d'octroi en briques est implantée au débouché du pont des Sept-Voies dans la route de Tours. Le quartier est encore assez peu peu peuplé ; les hôtels qui font face à notre gare actuelle ne sont pas encore bâtis.
 Ce plan nous a entraîné dans une promenade plutôt chargée.




PAGE
D'ACCUEIL
MÉTHODE RETOUR
A LA LISTE
PLAN
PRÉCÉDENT
PLAN
SUIVANT